Manifestations politiques: le président de la majorité honorable Aly Kaba prévient Cellou Dalein « les organisateurs prendront les conséquences »

0
86

Le président de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) principal parti d’opposition guinéenne projette la reprise des manifestations de rue des après les examens nationaux.

En conférence de presse ce mardi à Conakry, le président du groupe parlementaire RPG Arc-en-ciel a réagi à cette annonce de Cellou Dalein Diallo.
L’honorable Aly Kaba a déconseillé Cellou Dalein Diallo à ne pas suivre cette voie. « A l’occasion de ses assemblées virtuelles, il a été décidé par M. Cellou Dalein Diallo de faire reprendre les manifestations. Ça, nous le déconseillons parce qu’il y’a des règles de conduite, il y’a des lois qui gouvernent la République et par ricochet on doit pouvoir obéir à ces lois lorsqu’il s’agit d’organiser telle ou telle manifestation. Les manifestations sont régies par des lois, on doit pouvoir faire la demande et s’assurer que la demande a été agréée. Mais il serait très imprudent de vouloir passer au forceps pour dire vaille que vaille nous allons le faire parce que ça va être l’élément que notre siège soit ouvert, que nous puissions voyager », a lancé honorable Aly Kaba

Le député du parti au pouvoir estime que la seule voie pour faire quelconque revendication serait la méthode pacifique. De ce fait il déconseille l’UFDG d’utiliser cette stratégie pour ce faire entendre. « Je ne pense pas que se soit la bonne stratégie. Quand on est en conflit avec la loi, on essaye de régler cela de façon pacifique mais on ne cherche pas à alourdir ceux qu’on a comme problème avec la loi. En décidant de faire cette manifestation c’est une violation et cette violation va à l’encontre des lois de la République », a déclaré le président du groupe parlementaire RPG Arc-en-ciel

Pour finir, il indique que toutes les conséquences qui vont en découler, les organisateurs prendront l’entière responsabilité « Les organisateurs prendront les conséquences de ce qui adviendra de ses manifestations car nous sommes encore dans l’état d’urgence, quand nous sommes encore dans une situation très fragile penser organiser des nouvelles manifestations c’est encore créer des problèmes de nature à continuer perpétuellement à ébranler le tissu social. Vivement cela doit arrêter », a fait comprendre le député

Bimbirico Barry