Les enjeux climatiques au centre de la COP28: les pays impactés exigent des actions concrètes

0
162

Du 30 novembre au 12 décembre, Chefs d’État, ministres, patrons de grandes entreprises et activistes du climat ont rendez-vous à Dubaï pour la Conférence des parties sur le climat de l’ONU (COP28). L’occasion de se pencher, une nouvelle fois, sur les nombreux enjeux auxquels le monde se trouve confronté en raison du dérèglement climatique.

Le véritable enjeu de la COP28 est de rendre, grâce à la fiscalité et la réglementation, l’économie de la vie, plus rentable. Des batailles se dressent devant elle. La réduction des émissions de CO2, l’abandon progressif des combustibles fossiles, le financement de la transition énergétique. Face à ces enjeux, les engagements pleuvent ici, mais qui annoncent de dures négociations, alors qu’un projet d’accord final doit être adopté par consensus d’ici le 12 décembre prochain.

Contre le charbon et le méthane, et pour le nucléaire et les renouvelables : les pays réunis à Dubaï concentrent les discussions sur le monde énergétique de demain. Plus de la majorité des nations, au moins 118, veulent tripler les capacités d’énergies renouvelables, et doubler l’efficacité énergétique d’ici à 2030. Mais les engagement des précédentes COP n’ont pas été contraignants. Et les pays les plus impactés, ceux d’Afrique pour la plupart, exigent cette fois-ci des engagements forts pour le financement des projets de protection de l’environnement. Des voix portées par les présidents africains.
Cyril Ramaphosa de l’Afrique du Sud et Théodoro Obianguema de la Guinée Équatoriale ont rappelé l’impact du bouleversement climatique ressenti sur le continent alors que celui-ci n’est responsable que de 4% seulement des émissions mondiales de gaz à effet de serre, depuis le début de la révolution industrielle.

L’autre fait à ne pas occulter, c’est bien l’absence de certaines puissances non les moindres. L’Arabie Saoudite, l’Iran, la Russie et l’Inde manquent à l’appel. Une absence qui jette une ombre par exemple sur l’ambition des deux plus grands émetteurs mondiaux, les États-Unis et la Chine, qui représentent à eux seuls 38% des émissions.

En parallèle, les milliers de négociateurs de près de 200 pays enchaînent les réunions dans des dizaines de salles ou dans les cafés en plein air de Dubaï Expo City 2020.

Sacré NLC