L’émouvant message d’Ismaël Condé à la barre: « Je me trouve devant vous parce que j’ai été à l’école du professeur Alpha Condé »

0
1024

Madame la Présidente

Ma mère a cru au Professeur Alpha Conde

A l’époque,  elle n’avait pas fait allusion au genre : Elle une femme et Lui un homme.

Elle n’a pas fait allusion à sa situation socio-professionnelle : Elle une ménagère  qui n’a jamais été scolarisée et Lui un grand intellectuel de surcroît Professeur de Droit.

Elle n’avait pas fait non plus allusion à son ethnie : Elle une femme issue de l’ethnie peule et lui un homme issue de l’ethnie malinké.

Avec sa croyance à un homme, qui défendait un idéal dont en réalité rien ne liait, elle nous a inscrit à l’école de cet homme non pas de ce qu’il était, mais avec la forte conviction de ce qu’il dégageait a travers le combat qu’il leurs avait promis de mener ensemble qui est  celui de la liberté et de la démocratie.

A l’école du Professeur Alpha Conde j’ai appris à me battre  pour la démocratie et contre l’injustice plus tard et  j’ai compris les raisons pour lesquelles ma très chère mère a eu confiance à l’homme qu’il était et à  l’homme qu’il incarnait. 

Un homme qui se bat pour des valeurs :

Des valeurs de la démocratie, de la liberté de son peuple, de son pays….

Durant cette lutte, ses militants ont été violentés, certains violés, d’autres bastonner et embastiller et beaucoup contraints à l’exil, certains tués pour leur opinion , leur amour et surtout leur croyance à un homme qui incarnait à leurs yeux l’espoir pour ce peuple et pour ce pays.

Dans cette lutte pour la liberté et la  démocratie, le Professeur Alpha Conde a été pourchassé,  violenté, emprisonné contraint à l’exil.  Pour autant il n’a jamais abandonné.

Madame la Présidente, j’ai été à l’école de cet homme.

Je me trouve aujourd’hui devant vous  ,  à la barre de ce tribunal,  non pas parce que je suis Malinké ou Peulh, encore moins soussou ou forestier….

Je me trouve aujourd’hui devant vous à la barre de ce tribunal,  non pas parce que je suis en conflit avec la loi .

Madame la Présidente

Je me trouve aujourd’hui devant vous, à la barre de ce tribunal,  tout simplement parce que j’ai été à l’école du Professeur Alpha Conde.

Une école qui m’a enseigné le principe de l’alternance comme étant le socle de la démocratie.

Madame la Présidente

A l’école du Professeur Alpha Conde, j’ai appris que durant la longue lutte qu’il a mené et nous, à ses côtés, qu’un homme ne doit pas être  d’abord arrêté et qu’ensuite on cherche les chefs d’accusation lui concernant.

Dans un cas pratique du cour de la magistrature à l’école du Professeur Alpha Conde, sur l’exercice Procès du détenu Alpha Conde on nous a appris que le détenu Alpha Conde a subit une double injustice d’abord  accusé de 《 tentative de franchissement illégal de la frontière avec la côte d’ivoire laquelle était fermée le temps de l’élection présidentielle ainsi que de 《 violences et de voies de fait envers les agents de force de l’ordre 》et de 《transfert frauduleux de devises étrangères 》dont il aurait été porteur au moment de son arrestation.  Mais beaucoup plus grave le Président Alpha Conde  a ensuite été inculpé d’《atteinte à la sécurité de l’État,  emploi illégal de la force armée et complicité 》

Tout comme moi aujourd’hui,  arrêté dans un premier temps d’《escroquerie, d’entrave à la liberté d’accès et à l’égalité des candidats dans les marchés , les concessions et délégations de services publics et complicité . Mais beaucoup plus grave , j’ai été ensuite inculpé pour les faits de 《production, diffusion et mise à disposition d’autrui de données de nature à porter atteinte à la sécurité et à l’ordre public 》.

Madame la Présidente

Je suis arrivé avec mes parents dans ce quartier alors que j’avais à peine 4 ans. Ici j’ai passé mon enfance, l’esplanade de ce tribunal fût mon terrain de jeu avec mes camarades.

Si  par hasard vous effectuez une enquête de voisinage sur moi dans ce quartier et environ, sans aucun doute de me tromper , vous vous apercevrez à l’issue de l’enquête que j’ai été certe un garçon turbulent,  mais jamais un délinquant au contraire, un garçon studieux, respectueux et ayant jamais été en conflit avec la loi.

Madame la Présidente

Dans ce quartier j’ai effectué mes études primaires et secondaires dans les écoles publiques avant de rejoindre l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry, située à moins de 2km à vol d’oiseaux d’ici pour mes études supérieures.

Avec des parents à revenus modestes à côté des études, j’ai effectué des petits boulots pour aider mes parents. Apres la classe il m’arrivait de vendre de l’eau glacée entre midi et 14h. Pendants les vacances scolaires au moment où les autres enfants de mon âge profitaient de leurs vacances, je me  retrouvais à côté de ma défunte mère pour vendre tout ce qu’elle pouvait disposer à vendre souvent c’était du savon Djama, des bonbons ou même laveur de pneus usés,  de motos, de voitures et même photocopieurs à la devanture de ce tribunal quand j’étais au Lycée à  côté  de ma sœur aînée.

Madame la Présidente

Les difficultés de la vie n’ont jamais été une excuse pour moi à fin d’abandonner les études pour être livré à la petite délinquance comme ce fût le cas de bons nombres de mes camarades d’enfance de ce quartier.

Au contraire, à la fin de mes  études de 2e cycle, j’ai eu l’opportunité de poursuivre les etudes de 3e cycle en France.

En France, j’ai obtenu deux Master en économie, j’ai obtenu la carte de résidence.  j’ai eu du travail,  je me suis marié , et j’ai eu 5 enfants.  La plus âgée vient de fêter ses 14 ans et le plus jeune va voir 3 ans au mois d’août. Tout ce qu’il faut pour vivre une vie paisible.

Mais ma plus grande réussite fut l’élection du Professeur Alpha Conde en tant que President de la république en 2010.

Car c’est cet  événement qui  a facilité mon retour en laissant derrière épouse, enfant, maison, travail pour venir servir mon pays en 2011 dont l’aboutissement fût mon élection en 2018 en tant que 2e personnalité de la commune de Matam. Une commune qui m’a tout donné depuis ma tendre enfance et qui a fait de moi ce qui suit aujourd’hui avec l’aide des militants  du RPG Arc en Ciel, le parti fondé par le Professeur Alpha Conde et qui a fait de lui Président de la République en 2010.

Madame la Présidente

Je ne suis pas un escroc.  Je ne connais personne qui peut abandonner sa femme, ses enfants,  sa maison,  son emploi encore moins une vie paisible en France pour venir vivre une vie d’escroquerie en Guinée.

Je ne suis non plus pas un homme violent, car je n’ai pas été formé à l’école de la violence politique.

En 1993, j’avais à peine à peine 14 ans, j’étais un adolescent à l’école de la politique que menait le Professeur Alpha Conde.

Apres la proclamation des résultats définitifs de l’élection présidentielle du 19 décembre 1993, qui a donné vainqueur des le 1er tour le General Lansana Conte président du PUP (Parti de l’Unité et du Progrès) avec un suffrage de près de 51% contre 20% pour son principal challenger le Professeur Alpha Conde, le Président du RPG (Rassemblement du peuple de Guinee), j’ai assisté au regroupement des militants du RPG dans la cour du Manding à la Sig Madina.

Madame la Présidente

Ce jour,  avec mes yeux d’adolescent remplis ’d’innocence  et dans l’effervescence des militants surexcités, prêt en découdre au prix de leur sang pour défendre leur victoire sortie des urnes.

J’ai été témoins, des grands frères armés de bâtons, de lance pierre…

Et soudain,  surgit une silhouette de nulle part, avec un visage amaigri,  beaucoup de sueur de transpiration,  une chemise complètement trempée, venue s’adresser à cette foule en colère.  Avec une phrase légendaire qui est restée gravée dans l’histoire du combat politique de ce pays.

Je cite 《 Je ne suis pas venu pour gouverner  les cimetières 》

Madame la Présidente

Si j’avais été à l’école de la violence politique,  personne ne saura deviner ce qu’adviendra ce  jour si toute fois le Président Alpha Conde donnait le ton à ses militants de descendre dans la rue pour revendiquer leur   victoire.

Personne ne saurait dire si j’allais me retrouver devant vous aujourd’hui pour répondre aux questions de ce tribunal.

Si j’avais été à l’école de la violence politique peut-être aujourd’hui je serais couché dans un des cimetières que le Professeur Alpha Conde parlait ce jour là.  

Madame la Présidente voila l’école politique au sein de laquelle j’ai effectué mon apprentissage politique.

Madame la Presidente

Je n’ai absolument rien inventé et je n’invente rien .

En 2003 les étudiant de l’Université Paris 3 ont invité Alpha Conde, Bernard Kouchner à un colloque pour débattre sur les question de la lutte contre la faim, le paludisme en Afrique.

J’ai jugé utile de transcrire cette vidéo pour cette cours.

Lors de son intervention le Professeur Alpha Conde disait ceci :

<<Dire y a la faim en Afrique,  y a le SIDA ca donne bonne conscience aux citoyens des pays développés et eux ils ne voient pas leurs responsabilités.

On ne peut pas lutter contre la faim s’il n y a pas de démocratie.

Mais vous êtes les responsables de notre sous développement.  Parce que ce sont vos gouvernements qui maintiennent les dictateurs en place.

En fait on parle de la chute du mur de Berlin, de la conférence de Baule. Mais en réalité les peuples africains n’ont attendu, ils se sont toujours battus pour la démocratie.

Mais on sait très bien qu’à chaque fois qu’ils se battaient pour chasser un dictateur, vos gouvernements intervenaient pour leur ramener.

Je prend le cas du Gabon en 1964, Leomba a été renversé et c’est l’armée Française qui a intervenu pour le ramener

Je prend le cas du Togo, de la Tanzanie.  Donc quand on renversait les dictateurs qui défendaient les intérêts des grands pays, ces grands pays n’hésitaient pas à intervenir pour remettre ces dictateurs à leur place.

Bien sûr tout le monde reconnaît aujourd’hui qu’il faut de la démocratie en Afrique.  C’est un grand progrès, mais la vous faîtes tout  pour barrer la route aux Africains qui ont compris tous les enjeux de la démocratie et qui peuvent mener une politique de développement de leur pays. Vous les taxer de nationalistes.

Mais si vous n’êtes pas nationalistes comment vous pouvez développer votre pays ?

Vous nous parler de l’aide au développement,  de la lutte contre la faim, mais les Africains n’ont pas besoin de ça.  Ce que nous avons besoins,  qu’on n’est des gouvernements capables de définir une réelle politique de développement.  C’est-à-dire quels sont les intérêts de nos pays ? Qu’est-ce qu’il faut faire pour développer nos pays.  Donc il ne faut pas nous imposer la politique que la France où les États-unis font à l’An 2003 , mais plutôt il faut nous dire de faire la politique que vous faisiez au XIX e siècle, c’est-à-dire au moment où vous étiez au même stade où nous sommes aujourd’hui.

Si nous voyons la situation, aujourd’hui de parler de ce  qu’il faut pour lutter contre la faim, c’est de bons sentiments.

Mais nous ne pourrons jamais lutter contre la faim en Afrique tant qu’il n y a pas de démocratie en Afrique.

On présente une image misérabiliste de l’Afrique . Ce qui n’est pas vraie. Car en réalité il y a beaucoup de progrès en Afrique.  Les espaces de liberté s’agrandissent.  Vous avez beaucoup d’État démocratique en Afrique  aujourd’hui que de dictatures.  Si je prend l’Afrique de l’ouest,  vous avez 3 ou 4 pays maintenant ou il y a la dictature militaire,  les autres ont connu la démocratie.

On dit non les Africains c’est la guerre, mais la guerre pourquoi ?

Nous nos femmes ne portent pas de diamants,  elles n’ont même pas les moyens.

Donc on ne fait pas la  guerre pour les diamants, en plus nous ne fabriquons pas d’armes.

Les guerres ont les fait pourquoi ? Parce qu’il n y a pas de démocratie .

Lorsque vous êtes un opposant et que vous luttez pour la démocratie. Qu’à chaque élection le pouvoir en place fraude et se maintient à la fin qu’est ce que vous faites ? Vous recourez aux armes .

Donc on ne fait pas les guerres pour les diamants,  nous faisons les guerres parce que nous  voulons la démocratie.

Mais qui profite de ces guerres ? Ce sont les vendeurs d’armes.

On vous dit non on fait la guerre parce qu’on cherche les diamants,  non on fait la guerre parce que les pays développés maintiennent les dictatures en place et nous ne voulons plus de dictatures.

Mais ces mêmes pays , ce sont eux qui fournissent des armes et ce sont eux qui profitent de l’or et des diamants.

Donc je pense que si réellement vous voulez lutter contre la faim en Afrique , il faut d’abord que premièrement vous luttez pour la démocratie en Afrique 》

Madame la Présidente voila la retranscription de l’intervention du Professeur Alpha Conde lors d’un colloque de la lutte contre la faim en Afrique a l’université Paris 3 Sorbonne que j’ai mis sur ma page et qui fait l’objet de poursuites à mon encontre aujourd’hui.

Madame la Présidente

Certes j’ai été à l’école du Professeur Alpha Conde,  mais l’expérience étant  le fondement du pouvoir,  mes obligations envers mon peuple l’emportent sur ma loyauté envers un individu.

Madame la Présidente

Notre pays à pris rendez vous avec l’histoire avec  pour horloge la justice l’institution que vous représentez aujourd’hui.

Il y a de cela deux ans , presque jour pour jour , en Guinée,  nous avons tous  assisté à l’affrontement entre deux camps.

Au cours de cet affrontement,  les la langues se sont déliées dans les deux camps. Les archives en font foi.

Je me souviens encore du discours du chef de l’État,  le Professeur Alpha Conde au siège du RPG Arc En Ciel , le 25 mars 2019

je cite 《 Soyez prêts à l’affrontement 》

Je n’oublie pas non plus son discours du 23 septembre 2020

 je cite 《 Cette élection c’est comme si nous étions en Guerre》

Je me rappelle des propos de l’honorable Amadou Damaro  Camara alors député de l’assemblée nationale et chef de fil du groupe parlementaire de la mouvante présidentielle et actuel Président de l’assemblée nationale

 je cite 《 la communauté Konia n’a pas peur de la guerre.  Je veux attirer l’attention des provocateurs que cette communauté n’a pas peur de la Guerre….》

Nous avons tous assisté, au discours du Président de l’UFDG Elhadj Mamadou Cellou Dallein Diallo , le 25 septembre 2020 ,au siège du dit parti , le jour de la Signature de la convention avec les partis politiques alliés qui forment l’ANAD( Alliance Nationale pour l’Alternance Démocratique)

Je cite 《 Si Alpha veut la guerre , il aura sa guerre》

Madame la Présidente

Je passe sous silence, les nombreuses interventions des responsables et communicants des deux camps qui s’affrontaient aux accents guerriers et communautaires sur les réseaux sociaux.

Madame la Présidente

Personne ne  peut apporter de moindres preuves que les personnes que je viens de citer ci-dessus, ont eu l’intention d’utiliser la violence en tenant ces propos.

Personne ne peut apporter de moindre preuve ici que le Président de la République en personne en disant à ses militants apprêtez vous à l’affrontement leur invitait réellement à l’affrontement entre Guinéens.

Personne non plus ne peut apporter de moindre preuve que le Chef de l’État en disant que cette élection c’est comme si nous étions en Guerre , demandait à ses partisans d’aller faire la guerre à l’autre camp.

Personne ne peut apporter la moindre preuve que le President de l’assemblée nationale Elhadj Amadou Damaro Camara demandait à la communauté Konia de rentrer en Guerre contre les provocateurs dont il faisait allusion

Personne ici ne peut apporter de moindre preuve que le Président de l’UFDG Elhadj Mamadou Cellou Dallein Diallo était disposé à faire la guerre contre le Président Alpha Conde.

Tout comme moi d’ailleurs,  personne ne peut apporter de moindre preuve contre moi en mettant la vidéo du Professeur  Alpha Conde dans ce colloque de Paris où toute  autres  communications que j’ai que  faite sur ma page Facebook que j’invitais les Guinéens à prendre les armes ou moi était disposé à prendre les armes contre mon pays.

C’était purement une communication politique et rien d’autre.

C’est la raison pour laquelle Madame la Présidente, je vous implore de me laisser rentrer chez moi après plus de 9 mois de détention,  pour que je continue à me battre pour mon pays, ma commune et les valeurs démocratiques auxquelles je crois

Pour finir Madame la Présidente,  je réitère que je ne suis ni un escroc encore moins un homme violent et je ne saurai l’être.

Je compte sur votre clémence dans  l’énonciation du verdict de ce procès.

Je vous remercie.

Ismael Conde.