[Contribution] Médias: le populisme et le journalisme (Par Abou Maco)

0
38

Mes chers confrères, puisque c’est à la mode actuellement, je veux qu’on se penche sur le populisme et journalisme.
En effet, en ces temps troublés, il ne me semble pas mauvais de préciser certaines choses. Le populisme est au journalisme, ce que le bricolage est à la mécanique. Un rafistolage qui ne tiendra pas la route.

Le populisme, ça consiste essentiellement à aller dans le sens du vent. On raconte aux gens ce qu’ils ont envie d’entendre. C’est dangereux. Parce qu’on peut conforter le lecteur ou l’auditeur dans une mauvaise interprétation des faits. Si je me trompe dans la compréhension d’une situation, et quelqu’un vient me dire que j’ai raison, il contribue à m’égarer davantage. Le populiste peut même voir le vrai chemin, et m’envoyer dans la brousse. Très clairement, il ne me rend pas service.

Dans le journalisme, on ne peut s’affranchir des règles. Le journaliste est soumis à la dictature des faits. Ce que je n’ai pas vu moi-même, je recherche des éléments auprès de ceux qui ont vu. Des images, des sons, des textes, des témoignages. Cela ne suffit pas. Chacun de nous sait qu’un témoignage peut être dévoyé. Une image peut être truquée. Un texte peut être bricolé. Surtout avec les moyens techniques modernes. Donc, les éléments que j’ai, je les passe au crible.
Si au bout de ce travail je ne parviens pas à arrêter une opinion, je m’interdis de publier. Dans notre jargon, on dit que cette information est sous embargo. C’est-à-dire qu’on attend jusqu’à parvenir à une compréhension à peu près correcte. L’homme peut approcher la vérité. Par chance, il peut recueillir des éléments probants. Mais il faut toujours rester prudent.

Un exemple. Dans les communiqués officiels de la gendarmerie on entend souvent « un bandit neutralisé ». J’ai voulu savoir ce que voulait dire ce mot « neutralisé ». Vous croyez que je suis allé voir le boutiquier de mon quartier ? J’ai demandé rendez-vous aux gendarmes habilités à parler aux journalistes. Et on m’a dit que « neutralisé », ça veut tout simplement dire qu’on a rendu l’individu inapte à faire le mal. On l’a rendu neutre dans les affaires. Bien sûr que je voulais en savoir davantage. Comprendre le comment du pourquoi. Mais ce n’était pas le bon moment. Et ces hommes montraient que leur patience avait atteint ses limites. Donc j’ai rangé mes affaires et je suis parti. Quitte à revenir plus tard !

Prenez n’importe quel journal. Si c’est une opinion assumée de la rédaction de cette publication, c’est mentionné en haut avant le titre « reportage », « actualités », « sport », ou autre. Si c’est l’avis personnelle d’une femme ou d’un homme, c’est mentionné « humeur » ou « opinion ». Cet écrit n’engage que la personne qui parle. Et elle seule. Et s’il y a à répondre, c’est cette personne seule que ça concerne.

Il faut se méfier des populistes. Ils sont capables de vous dire que le soleil se lève à l’Ouest. Et ils sont tellement habiles dans leur affaire, qu’ils peuvent réussir à vous convaincre. Dans la situation où se trouve le pays et ses populations, nous n’avons vraiment pas besoin de ça. Et ça, c’est un avis personnel. Un avis revendiqué et assumé.

Abdoulaye SANKARA (MACO)