Violences post-électorales : Cellou Dalein, Sidya et Faya déshabillent le régime d’Alpha Condé

0
198

Les élections couplées, législatives et référendum, qui se sont déroulées, le dimanche 22 mars 2020, ont causé beaucoup de pertes en vies humaines et des dégâts matériels importants. Pis, on a enregistré des affrontements à connotation communautaire dans la capitale de la région forestière, N’zérékoré.

Les leaders du Front National pour la Défense de la Constitution ont, de concert, condamné ces actes de violence et accusent le président de la République d’être le seul responsable de ce qui est arrivé.

En effet, Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG, Dr Faya Millimono, président du BL et Sidya Touré, président de l’UFR ont, au cours de la conférence de presse animée par le FNDC, ce mercredi, 25 mars, dénoncé avec la dernière énergie ces multiples violences postélectorales.

Cellou Dalein Diallo : « la répression est dirigée vers une communauté »…

Selon le chef de file de l’opposition, ce qui est aujourd’hui plus révoltant, « c’est Alpha Condé qui réchauffe son instrument actuel de division. Pendant longtemps, ça a été reconnu que la répression était dirigée vers une communauté, parce qu’il voulait dire que toute la Guinée est avec lui, sauf une région. Regardez les statistiques, on a tué des enfants de moins de 20 ans, ciblés », a-t-il déploré.

Cellou Dalein Diallo estime que « ce n’est pas parce qu’un opposant de son système est ressortissant d’une communauté, qu’on peut considérer que cette communauté mérite la guillotine. Mais Alpha s’est attaqué à toutes les communautés ici », a-t-il martelé.

À en croire le président de l’UFDG , « c’est lui (Alpha Condé) qui disait en 1993, que tout Malinké qui vote pour Lansana Conté est un bâtard. « Je donne l’assemblée à la forêt, la primature à la Basse Guinée », il est toujours dans ça. Il faut que les Guinéens veuillent être unis. Nous voulons une République des citoyens. N’acceptons pas de tomber dans le piège d’Alpha Condé. Aujourd’hui, en forêt c’est le calvaire », a-t-il fustigé.

Faya Millimono : « Alpha Condé veut mélanger les Guinéens… opposer les ethnies »…

Le président du Bloc Libéral a, au cours de son allocution, tempêté qu’à Conakry, « c’est des cimetières qui sont attaqués, à Labé c’est des mosquées qui sont profanées, en région forestière c’est des églises qui sont brûlées. La Guinée est en train de perdre son âme. Il faut agir avec plus de vigueur pour que Alpha Condé et les extrémistes qui sont autour de lui soient mis hors d’état de nuire », a-t-il indiqué.

Cependant, Dr Faya Millimono a souligné que « les informations qui nous parviennent de N’zérékoré sont suffisamment graves des milliers de guinéens sont aujourd’hui dans la forêt pour sauver leur vie, et dans une situation de pandémie. Ça nous rappelle Womey en 2014. Il y a des corps qu’on refuse de remettre aux parents pour qu’ils soient enterrés selon nos valeurs », a-t-il dénoncé.

Poursuivant, il estime qu’aujourd’hui, « on ne peut pas dire exactement combien de Guinéens ont perdu la vie à N’zérékoré, parce qu’il y a des gens dont les maisons ont été brûlées alors qu’ils étaient à l’intérieur. Et, l’insécurité est telle, qu’on ne peut pas accéder à toutes les maisons pour savoir tous ceux qui sont en train d’être tués et ça, c’est une responsabilité directe de Alpha Condé qui, à chaque fois qu’il est face à une difficulté, il veut mélanger les guinéens, opposer les ethnies et maintenant il veut nous opposer sur le plan confessionnel », déplore le leader du BL.

Sidya Touré : « il faut qu’il y ait une commission d’enquête internationale »…

Primo, Sidya Touré appelle les Guinéens à refuser cette dictature du président Alpha Condé. « Ceux qui l’ont refusée sont des martyrs. Ce qui passe à N’zérékoré depuis trois jours dépasse l’entendement. On a l’impression d’être dans les grands lacs. On est en train d’assassiner nos compatriotes pour des questions d’opinion », a-t-il rouspété.

Pour le président de l’UFR, « quand je ne suis pas d’accord avec vous, quand je suis du FNDC, je ne vote pour la nouvelle constitution, pas besoin de mourir pour ça », estime-t-il.

Cependant, Sidya Touré pense qu’il faut qu’il y ait une commission d’enquête internationale sur cette question-là. « Ce n’est pas l’opposition guinéenne ou le FNDC qui le dit. On demande à ce que de manière libre et transparente, qu’une commission soit envoyée dans cette zone », a-t-il préconisé.

Par ailleurs, il a rappelé que « Alpha Condé nous a habitués à ça. En 2011, il l’a fait en forêt. En 2013, il l’a fait. En 2014, il l’a fait pour Womé. Ensuite, on a fait encore pour Zogota », a-t-il déploré.


Warning: A non-numeric value encountered in /htdocs/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 352

LEAVE A REPLY