UPG : Ce qui a prévalu à la ‘’destitution’’ de Me Mathos selon son challenger Jacques Gbonimy

La guerre de leadership pour le contrôle de l’UPG Union pour le progrès de la Guinée de feu Jean Marie Doré continue de bel entre Maître Jean Alfred Mathos et Jacques Gbonimy. Chacun d’eux revendique la présidence du parti

Joint au téléphone ce jeudi par notre rédaction, l’ancien commissaire de la CENI estime que le président en exercice n’est pas à la hauteur des attentes du parti. Il reproche notamment à Mathos, selon ses propres mots, une léthargie du bureau politique dont l’une des conséquences directes est le mauvais résultat enregistré par le parti à la dernière élection communale. ‘’Le bureau n’a pas secouru les candidats et les listes de candidats’’ a dénoncé Jacques Gbonimy

Aux dires de Gbonimy, ‘’le président Mathos a convoqué un congrès et à deux jours du congrès il prend son avion pour aller en France tout en faisant passer un communiqué sans l’aval du bureau politique pour reporter le congrès alors que des congressistes étaient déjà arrivés’’

Il faut rappeler que Maître Alfred Mathos a été élu en 2016 avec pour mission principale revigorer le parti laissé par Jean Marie Doré, le sortir de la connotation de parti régionaliste (De la forêt) pour une dimension nationale et relever le défi de succéder au politique que fut l’ancien premier ministre de la transition. Apparemment, cela ne se dessine pas aux yeux du camp de Jacques Gbonimy qui dit être élu en présence de 76 membres sur 107 congressistes attendus. ‘’19 membres au moins du bureau politique ont répondu à l’appel au congrès’’ s’est félicité Jacques Gbonimy qui déclare avoir déjà transmis le rapport du congrès au ministre de l’administration du territoire pour acquis. Quitte désormais à savoir comment Bourema Condé va réagir à ce que Maître Jean Alfred Mathos qualifie de ‘’coup de force’’

LEAVE A REPLY