Tribune: La Guinée dans la tourmente des événements sociopolitiques (Par Naby Laye Camara)

Au fur et à mesure on se rapproche des échéances électorales, l’adrénaline monte au sein de la classe politique. Désormais par extension les acteurs de la société civile se positionnent plus que dans leur rôle d’avant-gardiste pour être dans l’arène. Parmi ces grands rendez-vous électoraux figure le fameux référendum très cher au président Alpha Condé soupçonné également de briguer un troisième mandat.

De ce projet de nouvelle constitution voulue par le président Condé éclosent deux camps protagonistes. D’un côté, une plateforme appelée front national pour la défense de la constitution sous le sigle FNDC qui réunit plusieurs formations politiques de l’opposition, de la société civile et autres organisations. Il s’illustre au mieux à travers ses différentes manifestations à Conakry et à l’intérieur du pays avec pour double objectif s’opposer à tout projet de changement constitutionnel et empêcher Alpha Condé de briguer un mandat de plus que lui confère l’actuelle constitution sur la base de laquelle il tire toute sa légitimité.

Déjà, après de nombreuses démonstrations de rues, plusieurs cas de morts ont été enregistrés. Une vingtaine, c’est le bilan macabre de ces manifestations depuis le 14 octobre dernier. Aussi, depuis plus d’un mois, plusieurs responsables du front national pour la défense de la constitution croupissent en prison accusés d’appel à trouble à l’ordre public.

En face, se dresse le camp de la mouvance, qui contrairement au FNDC prône une nouvelle constitution qui conduirait le pays à une 4ième République. Ce camp présidentiel bénéficie du soutien de la CODENOC, une coalition qui regroupe elle aussi des partis politiques acquis à la cause du Chef de l’Etat Alpha Condé. Pour ces pros nouvelle constitution sur laquelle le PRAC a pourtant prêté serment à deux reprises n’est pas légitime. L’argument brandi est qu’elle a été élaborée par des hommes et femmes qui n’étaient pas l’émanation du peuple encore moins son représentant et adopté par un président de la transition qui lui aussi n’était pas l’expression de la population. Bref, la Guinée était dans un ordre inconstitutionnel

Ce regroupement, mène à sa manière des opérations de séduction à l’intérieur du pays notamment en Haute Guinée et en région forestière à travers des manifestations de soutien au PRAC. Les derniers événements en date, la réception du champion du RPG Arc-En-Ciel à Kankan et à Siguiri, bastions traditionnels d’Alpha Condé, où des milliers de personnes lui ont témoigné leurs soutiens dans ses différents projets de développement particulièrement pour la nouvelle constitution.

Les prochaines semaines pourraient être agitées entre les deux camps qui ne comptent pas baisser la garde, chacun déterminé à faire adhérer plus de partisans à sa cause. Récemment dans une de ses sorties publiques, Alpha Condé a réitéré sa détermination à respecter la volonté sur la question du changement constitutionnel. Ce qui porte à croire que le chef de l’Etat soumettra l’actuelle ou proposera une nouvelle constitution au peuple de Guinée.

En attendant de voir l’épilogue de ces feuilletons politico-politiciens, les guinéens continuent à végéter dans une incertitude notoire et nuisible

LEAVE A REPLY