Sécurité alimentaire: Vers une amélioration de la réserve alimentaire sous-régionale

Mise en oeuvre des orientations de la politique commune de l’agriculture dans la sous région à l’horizon 2025 et les perspectives de développement du secteur agro-sylvo-pastorale et halieutique. Tel était ce dimanche le point fondamental d’une conférence de presse qui s’est tenue ce dimanche 1er décembre dans un réceptif de la place

Elle a été animée par des délégués de l’agriculture et développement rural de la CEDEAO et les cadres du Ministère de la  coopération qui ont exposé sur le contexte de l’agriculture au sein des pays membres de la CEDEAO. Il s’agit de développer un modèle d’agriculture qui intègre un mécanisme moderne pour améliorer la capacité de la réserve régionale de sécurité alimentaire de 35 mille tonnes de nos jours à 400 mille tonnes.

Créée en 2013, cette réserve est essentiellement constituée de céréales (riz, du sorgho…). La politique est de constituer une capacité de réserve suffisante pour garantir la sécurité alimentaire pour les populations des pays membres de la CEDEAO en cas de catastrophes.

Selon Alain Sy Traoré directeur agriculture et développement rural de la CEDEAO, une rencontre d’évaluation de mise en oeuvre des orientations est prévue à Conakry du 02 au 05 Décembre 2019 dont l’objectif est de définir les perspectives pour les cinq prochaines années sur la politique sous-régionale de stockage. Mais pour arriver à un résultat probant, il faut mobiliser plus de financement et mettre en oeuvre la réserve dans toute sa composante.

Sur le bilan, Alain Sy Traoré révèle plus de dix programmes de nos jours formulés qui touchent la pêche et l’aquaculture

LEAVE A REPLY