Santé: Pourquoi cette année, les cas de dermatite à paederus (sebelekhessa) ont une proportion exponentielle à Conakry

0
138

Le Champion Fly (appelée aussi : Mouche Nairobi ou Paederus sabaeus Erichson , de genre Paederus de famille Staphyllinidae et de l’ ordre Coleoptera) est une grosse fourmi bicolore avec 3 segments noirs (Tète, Centre et Extrémité de l’Abdomen) et 2 segments orange qui entraine une inflammation appelée, Dermatite à Paederus.

Cependant, cette appellation porte grandement à confusion car on en connait actuellement plus de 600 espèces de paederus dans le monde et pratiquement un seul genre entraine ces désordres cutanés.

Nous constatons actuellement une augmentation de la population de cet insecte. En effet, 4 facteurs peuvent expliquer cette situation :

  • Une augmentation des précipitations ;
  • Une température en moyenne de 26-27 dégré celsius ;
  • Une diminution des prédateurs naturels de cet insecte (Oiseau, Poissons)
  • Une augmentation de l’émission des lumières artificielles qu’elle soient de source continue ou alternative.

Je reviens sur ce dernier facteur pour expliquer que même la lumière d’une torche, ou d’un smartphone ou même d’une voiture, bref toute lumière qui ne soit pas naturelle et qui soit fabriquée par l’homme peut attirer cet insecte. Cela n’a rien à voir avec la chaleur dégagée par telle ou telle source lumineuse car l’insecte est attiré par l’éclairage entrainé par ces lumières. Il se déplace vers l’endroit éclairé par des sources artificielles et si un homme se trouve dans cet espace, le contact serait certain et probablement l’apparition des désordres cutanés s’en suivra. Il est photophile.

C’est la combinaison de ces différents facteurs qui peuvent expliquer la présence massive de ces insectes actuellement à Conakry.
Enfin, cet insecte ne pique pas et il ne mord pas. C’est un des rares dans ces conditions.

Pour la conduite à tenir, utilisé fréquemment des compresses humides sur les lésions. Les thérapies antihistaminiques, antibiotiques et dermocorticoides peuvent être utiles en fonction de la situation clinique du patient. De toutes les façons, mème sans traitement, la guérison survient après quelques jours. Le beurre de karité et le miel sont aussi utiles

Ibrahima Traoré, dermatologue


Warning: A non-numeric value encountered in /htdocs/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 352

LEAVE A REPLY