Opposition au référendum : ‘’C’est comme si on interdit à un joueur de marquer à la 45ème minute de jeu…’’ nuance Moustapha Naïté

0
170

Moustapha Naïté ministre des travaux publics était l’invité de nos confrères de Sabari FM le lundi 02 septembre dans leur émission Comprendre l’actualité. Le débat était principalement axé à l’état de santé du réseau routier guinéen. Un bilan très flatteur, à entendre les explications données par le chef du département des travaux publics

Outre ce sujet, l’ancien ministre de la jeunesse ne pouvait échapper aux confrères sur l’épineux débat autour d’une nouvelle constitution chèrement défendue par sa famille politique. Moustapha Naïté a tout d’abord répondu à la menace du FNDC (Front national pour la défense de la constitution) avant d’estimer que le débat comme il se passe aujourd’hui n’en vaut vraiment pas la peine. ‘’Je n’ai pas encore vu le projet de constitution mais je pense que le premier ministre chef du gouvernement avait parlé au nom du gouvernement et je pense que front avait dit qu’à la date du 31 juillet ceux qui ne démissionneraient pas du gouvernement sont dans le principe de la déclaration du premier ministre, je suis encore membre du gouvernement’’.

Poursuivant, cet autre inconditionnel d’Alpha Condé estime que leurs adversaires jouent beaucoup plus sur du sensationnel. ‘’C’est comme si vous jouez au foot, on vous dit à la 44ème minute, 45ème minute vous ne pouvez pas marquer de but, vous aurez du marquer dès les 5 premières minutes, ça n’a aucun sens. Du moment que la loi vous permet à tout moment d’interroger le peuple, pourquoi on ne vous permet pas d’interroger ?’’ ironise Moustapha Naïté

Aux éventuels risques d’embrasement brandis par les opposants à une nouvelle constitution, l’ancien coordinateur de la cellule de communication du RPG Arc-En-Ciel affiche une intransigeance. ‘’Je pense qu’on a dépassé ce cap-là, tous ceux qui veulent vendre la peur aux guinéens ça c’est fini, les guinéens n’ont plus peur, chacun de nous est libre de dire sa pensée, nous sommes en démocratie’’ a-t-il réagi sans manquer d’interpeller les politiques à la retenue car, croit-il, il n’y a pas périr en la demeure

LEAVE A REPLY