Perquisition des locaux de Gangan RTV par la BRB : le coordinateur général se dit inquiet

0
205

Des éléments des forces de sécurité et de défense ont rendu une visite inopinée à nos confrères du groupe de presse Gangan RTV dans la journée du vendredi 22 janvier 2021. Une visite inhabituelle qui laisse un vide dans la tête de l’opinion qui ne cesse de se demander sur les raisons de cette perquisition sans notification.

C’est aux environ de 14h du vendredi 23 janvier 2021, que des pick-up de la Bricade de Répression du Banditisme numéro 2 de Kaloum et de la Compagnie Mobile d’Intervention et la Sécurisation numéro 2 de Kaporo Centre se sont pointés devant les locaux de ce groupe de médias. Une présence imposante que déplore son coordinateur général.

« J’ai été informé par les agents me signalant la présence de deux pick-up de la Brigade de Répression du Banditisme numéro 2 Kaloum et de la Compagnie Mobile d’Intervention et la Sécurisation numéro 2 de Kaporo centre devant nos locaux. Sur les lieux, ils ont bloqué la circulation routière et tout accès à l’immeuble. Ensuite, ils ont procédé aux fouilles systématiques de nos bureaux et les deux régies. Après une heure trente minutes de perquisition on ne sait à la recherche de quoi, finalement ils sont répartis. Nous avons vraiment été sidérés par cette attitude des forces de sécurité puisque nous nous reprochons de rien dans l’exercice de  notre métier de journalisme. Depuis hier jusque-là, personne ne nous a appelé pour nous dire les raisons de cette descente musclée des forces de sécurité armées jusqu’au dent. Nous sommes vraiment inquiet » a déclaré Aboubacar Camara

Après cette visite inopinée des agents de la BRB numéro 2 de Kaloum et de la CMIS numéro 2 de Kaporo Centre dans leurs locaux, Aboubacar Camara, coordinateur général dudit groupe de presse  envisage de saisir la justice. « Déjà nous avons contacté notre avocat et nous allons porté plainte contre les deux commandants notamment celui de la BRB numéro 2 de Kaloum et de la CMIS numéro 2 de Kaporo Centre pour cette percusition de nos locaux sans information » a t-il évoqué