Marche de l’opposition : les leaders se contredisent sur la nature des armes utilisées par les forces de l’ordre

La marche de l’opposition républicaine du mardi 30 octobre 2018 a, une fois encore, été empêchée par les forces de sécurité malgré quelques échauffourées enregistrées dans certains quartiers de la capitale.
Très tôt le matin, les accès menant au domicile privé de Cellou Dalein Diallo ont été barricadés par des véhicules des forces de l’ordre. Le leader de l’UFDG, principal parti d’opposition, a été confiné dans son domicile privé à Dixinn durant toute la journée par les agents de la police.
Selon Ahmed Kourouma du parti GRUP joint au téléphone dans l’émission ‘’Comprendre l’actualité’’ sur Sabari FM, le bilan de cette journée fait état d’un mort et de plusieurs blessés par balle «…nous déplorons malheureusement quinze blessés par balle dont un enfant de onze ans qui se trouve à l’hôpital Sino guinéen et nous déplorons un mort qui a été atteint par balle à la tête au niveau de l’axe de Bambéto », a-t-il précisé.
A en croire aux dires de M.Kourouma, des armes à feu ont été utilisées pendant cette journée. Par contre, le député de l’UFDG, honorable Ben Youssouf Keita, qui était au domicile privé de Cellou Dalein Diallo, également joint plus tôt dans la même émission de Sabari FM, a reconnu n’avoir vu que des armes conventionnelles autour du domicile privé du chef de file de l’opposition « les policiers étaient tous munis d’armes conventionnelles, il faut le reconnaitre, parce que je n’ai pas vu d’armes à feu… » A-t-il témoigné.
Interrogé par rapport à ce témoignage du député Ben Youssouf Keita, Ahmed Kourouma a indiqué qu’il n’a rien à faire des déclarations de l’élu du peuple « …je n’ai cure de déclaration de député qui, depuis le départ, nie tout ce qui se passe d’un gouvernement qui déclare que c’est l’opposition qui tue ses propres militants, honnêtement ils n’ont aucun crédits à mes yeux… » a-t-il affirmé sur les antennes de Sabari FM.
A la télévision nationale, le communiqué de la police lu par le responsable de la communication, Boubacar Kassé, indique que le procureur général a été saisi pour des fins d’enquêtes afin de situer la responsabilité par rapport au cas de mort évoqué pendant cette journée.

LEAVE A REPLY