Manque de récépissé : le rapporteur de la CECI de Ratoma dédramatise

Le manque de récépissé par endroit en marge de l’opération de révision de listes électorales continue à susciter des indignations au point que des doutes font légion sur le respect de la date du 16 février retenu pour le scrutin législatif. Rencontré, le rapporteur de la commission électorale communale indépendante de Ratoma a tenté de dédramatiser la situation

Selon Boundiala Dioubaté, ‘’chacun n’a qu’à se faire enregistrer dans les machines, car le manque de récépissé  ne peut affecter les activités de révisions. Lorsque les cartes d’électeurs seront là chaque personne enregistrée dans la machine pourra recevoir sa carte,  donc l’arrêt n’est pas possible sauf celui qui ne veut pas se faire enrôler’’

Il a par ailleurs invité les citoyens à se faire enrôler d’ici la fin de cette révision avec ou sans récépissé. D’ici que la CENI ne finisse de gérer d’abord, a-t-il renchéri, on a tenu compte de la bonne volonté des gens ceux qui veulent parce que quand ce genre de chose arrive, il y a des gens qui ne comprennent pas certains croient que récépissé signifie déjà carte d’électeur c’est très différent.

‘’Le récépissé ce n’est qu’un simple reçu, les véritables cartes viennent après. Ceux qui ont aussitôt compris avant que le président même ne se prononce, on a déjà commencé à enregistrer. Parce que une fois que la personne est enregistrée dans les machines et valider pas de problème car sa carte finale reviendra. Une fois enregistré dans les machines, c’est terminé la carte viendra. C’est sûr celui qui a été enregistré recevra sa carte’’ a-t-il conclu

Pour rappel, cette opération de révision des listes électorales va se poursuivre jusqu’au 16 décembre prochain

LEAVE A REPLY