L’activiste Ibrahima Sanoh ‘’kharé man’’ fait un constat d’échec d’Alpha Condé, du FNDC et de la classe politique

0
136

L’activiste Ibrahima Sanoh était l’invité ce 24 juin des Grandes Gueules sur Espace FM. Il a à l’occasion mis le pied dans les plats de la classe sociopolitique. De, Alpha Condé à l’opposition politique en passant par le FNDC qui, selon lui, ont ‘’vraisemblablement’’ échoué

Parlant du FNDC et sa manifestation annoncée du 8 juillet prochain, Ibrahima Sanoh prédit un échec. Plus loin, il estime que le front national pour la défense de la constitution risque de se décrédibiliser aux yeux de l’opinion avec ce contexte de crise sanitaire qui a créé un élan de solidarité. L’opinion pourrait voir que le président de la République avec l’état d’urgence en cours se bat pour la santé de la population alors que le FNDC se bat pour la propagation de la maladie

Evoquant l’éventuel dialogue inter-guinéen, l’activiste Ibrahima Sanoh que rien ne servira de poser des conditions d’une annulation des législatives et de l’assemblée nationale fruit du scrutin du 22 mars. ‘’Ce sont des conditions, en ma foi, insoutenables, il faut plutôt dialoguer autour des conditions pour une présidentielle crédible et apaisée’’ conseille-t-il

Sur l’avenir du président Alpha Condé à cette élection, Ibrahima Sanoh ne se fait aucun doute. ‘’Alpha Condé est déjà candidat’’ a-t-il réagi tout en soutenant qu’il revient à la classe politique d’aller à la révolution citoyenne dans les urnes afin qu’Alpha Condé soit défait, je le crois. Les guinéens n’en veulent plus parce que Alpha Condé n’a plus de gouvernement, il y a cela d’officiel, il y a celui de l’ombre, il n’a pas le courage politique, lorsqu’il défait, il recycle avec le gouvernent de l’ombre, il n’a pas une vision claire. Le bilan lui-même le discrédite. Et c’est là, l’opposition doit présenter une alternative crédible, la voie pour l’alternance, qu’ils parlent aux guinéens, qu’ils nouent un contrat social avec le peuple de Guinée sur les questions essentielles, réconciliation, réforme de l’administration, la lutte contre la corruption, réforme du système de l’éducation, de la santé, du système judiciaire et les réformes de la diversification de l’économie, facile de dire c’est moi l’alternance. Il n’y a pas de vraies réformes que des réformettes’’, conclue-t-il

Il faut rappeler que Ibrahima Sanoh est cet activiste qui a marché de Kindia à Conakry (135 kilomètres) en 2018 pour exprimer sa désapprobation au projet de nouvelle constitution et à un troisième mandat d’Alpha Condé


Warning: A non-numeric value encountered in /htdocs/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 352

LEAVE A REPLY