La cartographie du covid19 par quartier n’est pas utile : La population n’est pas statique, elle est dynamique

0
159

La cartographie concernant le covid-19 fournit les données sur l’évolution de la maladie ou sur les différentes études menées. Lorsqu’elle est vivante, la cartographie permet de prendre des décisions pour un meilleur contrôle de la maladie. Par exemple, la cartographie des études covid-19 fournit des informations sur les différentes études menées sur le covid-19 à travers le monde.

Ces études peuvent être des revues systématiques, des études quasi-expérimentales ; des études d’observations ou simplement de la cartographie de la recherche (Visualisation, le réseau ou la cartographie du traitement). La cartographie de recherche peut par exemple visualiser les nombres de cas confirmés de covid-19 par pays et fournira des informations sur le taux d’infection dans ces différents pays. Ces informations permettront de limiter la propagation de la maladie en appliquant des mesures spéciales aux pays avec un taux élevé.

Cependant, ces différentes cartographies doivent être vivantes ou à jour. La cartographie est établie de manière interactive et instantanée car la propagation du covid-19 ne reste pas fixe à une seule personne si les mesures préventives ne sont pas appliquées. Vous ne pouvez pas par exemple faire une cartographie au mois de Mars ou avril et considéré les données fournies comme d’actualités au mois de Juin. Cela entraîne d’énormes biais et ne fournira aucune amélioration des conditions de la maladie.

Dans la même lancée, une cartographie par quartier quel que soit les conditions de réalisation n’est pas utile. Il n’y a pas de cloisons étanches entre les quartiers, la population n’est pas inféodée à son quartier, plusieurs personnes habitent par exemple dans un quartier mais travaille dans un autre quartier ou ont des familles dans d’autres quartiers. Comment voulez-vous appliquer des données comme ça pour contrôler le covid-19 ? Comment peut-on valider et généraliser de telles données ? Menons des actions utiles permettant de mieux contrôler cette maladie en appliquant des mesures barrières mais aussi en limitant des mouvements entre les villes dont la prévalence en covid-19 est élevée par rapport aux autres qui n’en ont pas.

Le fait par exemple de limiter les mouvements entre Conakry et les villes de l’intérieur de pays était salutaire mais cette mesure n’existe que de nom car des personnes se déplacent librement et c’est ce qui explique la progression de la maladie dans quelques villes de l’intérieur du pays.

Dr Ibrahima Traoré, Dermatologue


Warning: A non-numeric value encountered in /htdocs/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 352

LEAVE A REPLY