Kipé2: Les bulldozers entrent en action, les bâtiments s’écroulent sous les yeux impuissants des habitants

Le bruit de bulldozers, des coups de marteaux et des menuisiers sur les toits sont les images que présentent le quartier Kipé 2 depuis ce matin. Raison? Les autorités ont engagé l’opération de démolition des habitations jugées illégalement bâties sur la zone.

Visiblement ce sont des citoyens pris au dépourvu et qui s’affairaient à sauver leurs biens dans cette opération de déguerpissement manu militari du ministère de la ville et de l’aménagement du territoire.

C’est le cas de El-Hadj Malick Barry ce père de famille qui se dit surpris de la démolition de sa maison puisqu’elle ne figurait pas parmi les maisons cochées «ils sont venus chez-moi aujourd’hui ils ont coché mon bâtiment et la machine est en train d’enlever c’est aujourd’hui à 10h qu’ils sont venus mettre des croix, la première fois qu’ils sont venus c’était le 22 février ils n’ont même pas attendu la décision du Tribunal de Dixinn. Nous, les bâtiments n’étaient pas cochés »

Plus loin El-Hadj Malick Barry dit être en possession de tous les papiers légaux de sa maison « lorsque les gens racontent qu’on est là qu’on a pas de papiers c’est faux il y a des arrêtés cumulés où tu peux trouver les mêmes personnes des deux côtés de la haute tension il y a des gens qui ont été recasés ici qui ont quitté la piste de l’aéroport ici c’est pas un problème de papier mais il y a une haine qui caractérise ce déguerpissement » conclu cet habitant de Kipé 2

Contre vents et marées, l’Etat semble ne plus reculer dans cette vaste opération de récupération des domaines dits réservés de l’Etat. Pourvu qu’il n’y ait pas la politique de deux poids, deux mesures.

Le paradoxe aux dires de certains, c’est le fait que les avocats des occupants aient interjeté appel de la décision du Tribunal de première instance de Dixinn. Une décision, l’on se rappelle, dans la quelle la justice a débouté les plaignants et les a condamné au paiement de 500 millions de francs guinéens à L’Etat.

LEAVE A REPLY