Le PM Kassory « poursuivable » pour complicité des propos identitaires du Kountigui de la Basse côte

Le ministre de la justice Cheick Sako a annoncé en début de semaine une possible poursuite devant la justice du Kountigui de la Basse côte El Hadj Sekhouna Soumah et du chef de la coordination Haali Pular pour, a-t-Il dit, leurs propos jugés anti-constitutionnels.

Pour le premier cité, c’était lors d’une réunion des filles et fils de la Basse Guinée le week-end dernier où El Hadj Sekhouna a invité les siens à ne plus vendre des terrains à des étrangers. Ce qui a irrité plus d’un jugeant les propos du patriarche anti-républicains et dangereux pour l’unité nationale. Parmi les cadres basse-côtiers présents à la fameuse réunion, le premier ministre Ibrahima Kassory Fofana ressortissant de la région.

Interrogé par nos confrères de Évasion TV, le juriste Mamady 3 Kaba estime que le premier ministre est poursuivable pour complicité. « Le premier ministre n’était pas à cette rencontre seulement entant que ressortissant de la Basse Guinée mais aussi il y était entant que représentant de l’Etat » a levé d’abord l’equivoque le juriste avant de renchérir « il était dans un véhicule administratif et aussi il avait sa garde ».

Donc pour toutes ces raisons, conclu Mamady 3 Kaba, le premier ministre peut être poursuivi ou du moins entendu pour complicité. « Après cette déclaration du Kountigui, le premier ministre aurait fait une déclaration à la presse pour se désolidariser de tels propos. Ne pas  le faire c’est tacitement une complicité » a soutenu le juriste

Quitte à voir maintenant si Cheick Sako pourra enclencher la machine judiciaire au point d’épingler son patron. L’absence de la haute cour de justice serait aussi un handicap non des moindres

LEAVE A REPLY