Journée de ville morte : L’appel de l’opposition moins suivi (constat de notre rédaction)

0
62

Les opposants au régime Condé ont appelé à une journée ville morte ce lundi 14 mai 2018 sur toute l’étendue du territoire national. Cette opération vise selon l’opposition républicaine à réclamer ce qu’elle appelle « les vrais résultats » issus du scrutin du 04 février dernier. Le constat est tout autre qu’une journée ville morte.

Tôt le matin, la circulation a été coupée par endroits notamment sur la route le prince. L’axe Hamdallaye Cosa via Koloma est resté impraticable. Des pneus brûlés par-ci par-là, des jets de pierres et de morceaux de bois, le désordre fut total. Du Rond-point d’Enco5 aux rails de Wanindara en passant par le Rond-point T5, le constat est le même. Même les motos taxis ne sont pas épargnées. Certains passants se sont vus retirer leur téléphone où porte-monnaie.

De Cosa à Enco5 la circulation était fluide. Contrairement aux journées villes mortes observées antérieurement, celle de ce lundi n’a pas été suivie même dans la commune de Ratoma considérée comme fief de l’opposition guinéenne. Les boutiques et magasins y sont restés ouverts et la circulation fluide.

La corniche de Sonfonia gare à Kipe en passant par Lambadji la circulation est normale et le commerce est resté ouvert. Du côté de l’autoroute fidèle Castro, la circulation ressemble à un lundi normal à Conakry. Des embouteillages ont été observés au rond-point de Kagbelen dans la commune de Dubreka. Du côté de Kaloum, centre administratif du pays, tout est normal.

Du rond-point de Hamdallaye au centre-ville de kaloum, en passant par Dixinn et Belle vue, la circulation est normale et les boutiques et magasins ouverts.

Pour rappel, l’opposition réclame à travers ces différentes formes de manifestations, «la mise en liberté sans conditions de ses militants détenus dans différentes prisons à Conakry et à l’intérieur du pays et la restitution des voies volées suite aux élections communales du 04 février dernier.» Elle dénonce par la même occasion, l’arrestation et l’emprisonnement du syndicaliste Aboubacar Sidiki Mara et l’intimidation de certains leaders de l’opposition.

Malgré ce ‘’’fiasco’’ l’opposition entend remettre la couche même pendant le mois de ramadan qui débute dans moins de 24 heures

Diop Ramatoulaye DIALLO


Warning: A non-numeric value encountered in /htdocs/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 352

LEAVE A REPLY