Interdiction de la Chicha : consommateurs et tenanciers de lounge chicha offusqués par la décision

0
66

Dans un arrêté conjoint rendu public le mercredi 06 janvier le gouvernement guinéen a interdit l’importation, la distribution et la commercialisation de la chicha en Guinée.

Une décision largement décriée par les adeptes de la Chicha. Notre reporter est allé à la rencontre des certains consommateur et revendeur

Assis derrière son comptoir, Ibrahima Soumah gérant du bar Chicha lounge Forever sis au quartier Nongo juge la mesure exagérée. Pour lui, l’interdiction de la vente de la chicha aura des répercussions sur la vie de beaucoup de jeunes. « Franchement c’est une décision qui est très difficile à accepter. Moi par exemple je suis diplômé en Marketing cela fait 4 ans j’arrive pas à avoir un boulot stable c’est ici je me débrouille ça fait plus d’une année mon ami et moi nous avons investi plus de 70 millions dans ce lounge juste pour la vente des chichas et maintenant on nous demande d’arrêter ça fait mal » a-t-il regretté avant de poursuivre « il faudrait que le gouvernement comprenne que c’est dans la vente de la chicha que beaucoup de jeunes guinéens y gagnent leur vie aujourd’hui. C’est vrai après cette décision, notre entreprise sera beaucoup affectée, mais des jeunes y souffriront aussi. C’est une doléance, je demande à l’état d’aider ces jeunes qui ont du mal à se trouver de l’emploi », a-t-il plaidé a notre micro

Pour un autre, lui consommateur de la chicha, il dit avoir du mal à comprendre cette décision des autorités. « Les gens sont en train de consommer de l’alcool, l’État ne dit rien dans ça, il y’a assez de choses sur lesquelles l’État devrait s’orienter notamment lutter contre le phénomène de la drogue, la prostitution des mineurs. La chicha est une façon de divertissement, fumer de la chicha est une culture pour moi donc l’interdiction de sa consommation est un non-événement. Ce n’est d’ailleurs pas une première fois, donc ça ne sera pas respecté » a indiqué Moussa Sow

Contrairement à son prédécesseur, Abdoulaye Camara trouve en cette interdiction une décision salutaire « Moi je me réjouis de cette décision. Parce que si vous partez dans les lounge vous verrez beaucoup de personnes surtout des mineurs qui utilisent une même chicha dans les chicha lounge, et cela peut-être un source de propagation de la maladie en cette période » a-t-il réagi


Warning: A non-numeric value encountered in /htdocs/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 352