Guinée : « ce qui se produit, aujourd’hui, à N’zérékoré est une fratricide » (Maurice Togba Haba)

0
90

Les confrontations horribles intercommunautaires enregistrées dans la capitale de la Guinée forestière, au lendemain du double scrutin contesté, interpelle à plus d’un titre les observateurs et surtout les enfants originaires de cette localité.

En effet, des jeunes cadres ressortissants de la région forestière, membre de l’organisation Jeunesse Consciente de Guinée (JCG) ont animé une conférence de presse, ce jeudi 26 mars 2020, à la maison commune des journalistes, pour interpeller les uns et les autres sur la nécessité de trouver une issue à cette situation alarmante qui sévit à N’zérékoré.

Cependant, Maurice Togba Haba, président de la JCG, rappelle que depuis 1991, « nous sommes pratiquement au onzième affrontements inter-ethniques dans la cité de N’zérékoré. Nous déplorons les faits qui se sont produits et condamnons, bien sûr, toutes les velléités qui ont suivi ces affrontements », a-t-il déclaré.

Ainsi, « nous condamnons également les attitudes peu responsables de certains Guinéens, de certains fils et filles de la communauté de la région forestière qui, derrière leurs petits téléphones, se permettent de divulguer des informations qui sont de nature à envenimer la situation de la région », a-t-il fustigé.

Selon Togba Haba, ce qui se produit à N’zérékoré, aujourd’hui, est une fratricide. « Comme on dit souvent, dans un conflit, il n’y a pas de gagnants. Nous sommes les composantes d’une même nation. Nous sommes tenus obligé de vivre ensemble », a-t-il rappelé.

Plus loin, il souligne que « si vous voyez que nous admirons toutes les œuvres d’art, c’est-à-dire les représentations artistiques faites par les grands artistes, par exemple les peintres, c’est parce que c’est une mosaïque de couleurs qui accompagne leur œuvre. Si on faisait du blanc sur du blanc, on n’aurait rien vu. Si on faisait du noir sur du noir, on n’aurait rien vu. La beauté réside dans la diversité », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, le président de la Jeunesse Consciente de Guinée précise que « nous sommes conscients qu’aujourd’hui, la région forestière est l’une des régions qui regorgent autant de singularité linguistique, culturelle, voire religieuse. Mais, nos différences ne devraient pas être de nature à nous opposer. Ces communautés qui y vivent, sont condamnées à partager le même environnement », a-t-il réitéré.

Pour finir, Maurice Togba Haba a lancé un appel : « il faudrait que les autorités à tous niveaux, l’autorité centrale, l’autorité décentralisée à travers les collectivités locales, fassent de la question de cette zone de la région administrative de N’zérékoré une préoccupation étatique », a-t-il exhorté.


Warning: A non-numeric value encountered in /htdocs/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 352

LEAVE A REPLY