Grève du SLECG suspendue: La sagesse l’emporte sur les passions

Le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée sous la conduite d’Aboubacar Soumah avait appelé à une nouvelle grève générale dans le secteur de l’éducation à compter du samedi 26 mai. Selon cette branche, ce nouveau débrayage s’expliquerait par « le manque de volonté réelle du gouvernement à faire avancer les discussions autour des huit millions de nos francs exigés par le SLECG comme salaire de base des enseignants »

Alors que la question de l’avancée des programmes se posait gravememt au sortir de la derniere grève, qui, il est vrai avait gravememt affecté la scolarité, le nouveau bras de fer engagé à la veille des examens scolaires risquait d’être fatal au systême éducatif dans son ensemble en compromettant dangereusement la tenue des examens de fin d’année programmés du 18 juin au 1er juillet

De gros nuages planaient sur cette écheance capitale vers laquelle se tournaient tous les esprits. Dès eleves à leurs parents en passant par le corps enseignant en personne qui fait partie de ce lot, pour atteindre les autorités à tous les niveaux. Bref, c’est toute la nation qui s’est à nouveau sentie concernée par ce qui touche à sa sève. Et au moment où le processus semblait irrémédiablement engendrer l’irrémédiable, la sagesse a l’emporté sur les passions. Sous la baguette de Tibou Kamara, la médiation de la derniere minute a fini par donner place à la raison. La grève est suspendue jusqu-à la prochaine rentrée des classes et les négociations vont se poursuivre

Le pays entier peut souffler en ce mois béni de ramadan, qui, pour mémoire n’a pas été de tout repos depuis les années 70

LEAVE A REPLY