Fristival: C’est parti pour le 3eme set (Quelques grosses affiches)

En trois éditions, le Fristival s’enracine progressivement au menu des rendez-vous culturels majeurs en Guinée. Le festival de Fria devenu emblème culturel grâce à son initiateur Macka Traoré, ne cesse de surprendre, adoubé par une programmation éclectique et une fièvre d’enthousiasme collective à chaque set.

Ce défi qui semblait surréaliste au départ, était de redonner espoir et vie à toute une ville. Loin de promouvoir un événement culturel hors de Conakry, la capitale, une zone très accessible et fortement surchargée en matière d’événements.

Pour autant, Macka Traoré et son équipe ont su retourner la monnaie à la terre qui lui a vu naître. Cette idée de sortir Fria du marasme social, d’amener de la joie massive pendant que la souffrance se fait sentir, pendant que l’usine ne tourne plus pour nourrir sa population; est tout simplement un exploit.

Macka Traoré, Animateur radio, pétri de talents, a su très vite que seuls les fils et les filles de Fria peuvent aider cette ville à retrouver son ancienne appellation de « Petit Paris ».

Le pari est lancé d’abord avec le projet « Fria relève toi ». Des projets y sont montés par et pour les populations, saponofication, teinture, la couture, soutien à l’école, bref tous ceux qui pouvaient être entrepris pour aider les Friakas de se sentir mieux chez eux malgré la galère due à la fermeture de leur usine.

Et vint, le Fristival. Un rêve d’enfant à 9 ans. Celui de faire de Fria la capitale du plus gros rendez-vous culturel guinéen. Pour cette troisième édition, le programme, il est encore alléchant. Personne ne veut se faire conter l’événement. La Destination Fria est devenue plus qu’une nécessité mais une obligation.

Fria a désormais son festival. Et ce n’est pas un des moindres. Le Fristival, cette marque déposée de l’osmose culturelle à Fria se positionne actuellement comme le plus grand festival culturel du pays où musiques urbaines, folklores et cultures du terroir se coutoient généreusement.

Et, merci Macka Traoré de faire de nous des Friakas fiers !

LEAVE A REPLY