Fria: Même face à l’érudit de Fria, les manifestantes ne décolèrent pas « la préfète doit partir »

Apres une première nuit passée dans l’enceinte du bloc administratif de la préfecture de Fria, les femmes ont manifesté à nouveau ce mardi leur mécontentement contre le préfet de Fria, Gnalen Condé.

Elles martelent y rester jusqu’à la satisfaction de leur demande, celle du départ sans condition de Gnalén Condé.

Même l’erudit de Fria El Hadj Mouctar Doumbouya qui s’est rendu ce matin sur les lieux n’a reussi à faire fléchir les manifestantes

<< Pardon calmez vous à cause du coran, du mois de ramadan et à cause de la religion. Vos cris de coeur sont entendus par le monde. Les autorités guinéennes vous ont entendu. Calmez vous à cause du bon voisinage qu’on entretien.>> a plaidé l’érudit en langue soussou.

<< Nous sommes là cause d’une seule, Elhadj, c’est le départ de Gnalén Condé. Vous êtes venus nous avons écouté attentivement vos messages avec respect mais exigeons le départ de Gnalén Condé maintenant là.>> a déclaré la porte parole des femmes sous des acclamations.

Une demande que le religieux dit n’est pas en mesure de satisfaire qui, selon lui, ne relève pas de ses compétences. Le sort de Gnalen Condé pourrait être scellé dans les prochaines heures

Pour rappel, ces manifestations font suite selon ces dames à la non implication et le manque d’initiatives de la préfète dans le développement de leur ville. Pire, dénoncent-elles, elle détourne tous les fonds destinés à Fria. À titre d’exemple ont-elles cité, le camion frigorifique offert par le Chef de l’Etat et aussi le favoritisme dans le recrutement dans l’armée au cours de laquelle elle aurait fait venir des jeunes non natifs de Fria au détriment des friakas. Toute une kyrielle de revendications

LEAVE A REPLY