Fermeture de l’usine de transformation d’acajous par les services de Tiégboro: La grosse colère de l’avocat de la société

0
412

Le 12 avril dernier, le tristement célèbre colonel Moussa Tiégboro Camara patron des services spéciaux pour la lutte contre la drogue et le crime organisé a procédé à la fermeture sans procès de la société International Cashew Holding aux motifs que les conditions de vie et de travail ne sont pas respectées. Pire, ‘’la société n’a aucune existence juridique’’ avait dénoncé l’ancien cacique du CNDD le groupe de militaires qui s’est emparé du pouvoir au lendemain de la mort du président Lansana Conté

Et comme si cela ne suffit, le vendredi 27 avril, le responsable financier de ladite société au sortir d’une émission sur une radio de la place se fait choper en ville par les services de Tiégboro. Il est conduit dans les locaux du SSLDCO pour répondre à la justice made in Tiégboro. Pour l’avocat de ICH Maître Modibo Camara, cette fermeture et cette interpellation n’est ni moins, ni plus qu’un acharnement digne d’un film dont le titre pourrait être ‘’le colonel Moussa Tiegboro CAMARA (Inspecteur général du travail et président du tribunal du travail autoproclamé) contre la société INTERNATIONAL CASHEW HOLDING SA-U’’

Contrairement aux allégations de Moussa Tiégboro CAMARA, poursuit Me Modibo, aucune excuse ne lui a été présentée. ‘’Il lui a été simplement rappelé qu’il n’est ni PRÉSIDENT DU TRIBUNAL DE TRAVAIL encore moins L’INSPECTEUR GÉNÉRAL DU TRAVAIL pour s’arroger le droit de m’immiscer de manière cavalière dans les relations contractuelles entre un employeur et ses employés. Aussi, il lui a été dit clairement, qu’il est mal inspiré d’apprécier une procédure de licenciement engagée par un employeur contre ses employés’’ peut-on lire en réaction sur sa page facebook

Par ailleurs, insiste Me Modibo Camara, il y a lieu de relever que lors de cette séance de représentation théâtrale du vendredi 27 avril dans sa cour royale, Il n’a pas manqué de traiter les services de l’inspection générale du travail de « pagailleurs » et ses supérieurs hiérarchiques qui l’on interpellé pour lui faire entendre raison « d’officiers irresponsables ». Ce qui est monstrueux dans ses égarements verbaux, c’est lorsqu’il tente grossièrement d’embellir ses indélicatesses par une hypothétique confiance dont il bénéficierait de la présidence. Il y a urgence de faire comprendre au Chef de l’Etat que ce monsieur est à tous égards une bombe à fragmentation liberticide pour son régime.

La société INTERNATIONAL CASHEW HOLDING SA-U ne se laissera pas intimider, conclue le jeune avocat

Jusqu’où ira le colonel Moussa Tiégboro dans cet autre dossier qui pollue le climat des affaires et irrite à plus d’un titre le milieu des avocats ? C’est toute la question. En attendant la liste des victimes du colonel s’allonge au grand dam des épris de justice

 

LEAVE A REPLY