Embalo, victime du vieux dicton: « Tu peux quitter la rue, elle ? Jamais ! » (Par Souleymane Doumbouya)

0
438

Voilà servi à l’Afrique des indépendances, un des produits et prototypes des échecs des politiques Publiques menées tout azimut dans tous les secteurs pour relever tous les challenges qui continuent malheureusement d’ailleurs à nous étreindre.

Embalo, cet ancien SDF, livré à lui-même d’abord, et après, récupéré par le Président Sénégalais Macky Sall, soucieux d’étendre ses velléités impérialistes au service d’une confrérie politico-linguistique, une secte dont le Sénégal du très vénéré Homme de culture et de Lettres modernes, le Président-Academicien, Feu Léopold Sedar Sengor se doit de mettre hors d’état de nuire !

En effet, si rien n’est fait par les démocrates sénégalais afin de vite estomper cette destructrice œuvre, c’est le pays de la Teranga qui sombrera d’abord et contaminer comme les virus: Ebola et Covid19, l’ouest africain pourquoi pas toute l’Afrique ?

Embalo, ce « Shebab » recruté par inadvertance dans cette armée d’anciens combattants du PIAGC par le feu Président Nino Vieira et à la solde du guide libyen Mouammar Kadhafi a été comme indiqué ci-dessus, récupéré dans les rues de Dakar par Macky et bénéficié d’une rampe de lancement encore par lui, pour se trouver contre tout pronostic, à la Présidence de la République de Guinée Bissau. Accession à la magistrature suprême facilitée par cette guerre fratricide au sein du PIAGC et qui profita à l’intrus politique comme un troisième larron!

L’individu Embalo (je ne peux l’appeler, ni président, encore moins Général) qui par manque de prérequis aux hautes fonctions de Chef d’État, car exigeant au moins, une certaine courtoisie vis-à-vis des dignes représentants des peuples, lors des Sommets tenus par les Organisations internationales où ils sont membres. Plus que des lieux de règlement de compte personnel, ces lieux sont plutôt pour nous panafricanistes, les vraies reliques de l’oeuvre de rattrapage de ce panafricanisme que les dignes fils de cette pauvre « Afrique balkanisee » et « nucleïque » s’échine à en faire une réalité. L’individu, plutôt de venir apporter des solutions aux problèmes soumis à ces instances diplomatiques et solennelles, a toujours pris la sale et indigne habitude, et ceci, en violation flagrante du Traité de Viennes, à s’en saisir pour outrer ses pairs, notamment, particulièrement les Présidents de la République de Côte d’Ivoire (ADO) et de la Guinée (PRAC )!

La dernière en date des agissements puérils de l’individu Embalo, est cette tentative vite étouffée dans l’oeuf par le sage Nana Okufo-Addo, Président en exercice de la CEDEAO et du Ghana abritant la rencontre contre le vénéré et très respecté le Président Professeur Alpha Condé. Il importe de saluer cette autre prouesse diplomatique à l’actif de cette organisation internationale qui fascine par sa capacité à résoudre de façon endogène ses propres crises. Cette réouverture des frontières terrestres guineo-senegalaises assorties de conditionnalités, reste une avancée majeure. Les patrouilles mixtes exigées sont en elles-mêmes des acquis une fois réalisés, pourrait être élevées au rang d’expériences réussies à capitaliser dans un monde de plus en plus en proie à des problèmes sécuritaires en tout genre.

Merci au Président Nana Okufo-Addo du Ghana pour se rappel à l’ordre de l’impenitent président Embalo (venu de la rue) rattrapé par ses vieux réflexes. Un dicton populaire enseigne que:  » Chassez le naturel, il revient au galop »!

Bonne journée dominicale !

Souleymane Doumbouya