Éducation: les contractuels menacent d’assiéger le palais présidentiel

A peine la grève du SLECG suspendue, de nouvelles perturbations planent sur le secteur de l’éducation. C’est du moins la menace brandie par la coordination nationale des contractuels si toute fois leurs revendications ne sont pas prises en compte dans les 72 heures à venir

Au nombre de 16 mille sur toute l’étendue du territoire, ils exigent principalement de l’Etat leur titularisation à la fonction publique et le paiement intégral de leurs primes d’encouragement

Faute de quoi, menacent-ils, « nous allons assiégés Sekhoutoureyah ». Ces contractuels pourraient compter sur le soutien du syndicat national de l’éducation récemment exclu par le SLECG de l’opération d’assainissement du fichier de l’éducation

LEAVE A REPLY