Droit de grâce aux détenus : pourquoi Foniké Manguè n’a pas bénéficié de la clémence d’Alpha Condé?

0
148

Dans la soirée du vendredi le président de la République Alpha Condé a accordé son droit de grâce à deux détenus partisans de l’UFDG et anti troisième mandat. Il s’agit de Boubacar Diallo alias Grenade et Mamadi Condé dit Madic 100 frontières.

Aussitôt des interrogations ont fusé sur le cas de l’activiste Oumar Sylla alias Foniké Manguè coordinateur adjoint du FNDC. Mais la tribune publiée par le ministre d’Etat conseiller spécial du Chef de l’Etat Tibou Kamara quelques minutes après diffusion de ce décret semble répondre à ces interrogations. Du moins à lire entre ces lignes suivants « ….lorsque la faute punie est reconnue, il (Alpha Condé, ndlr) est capable de faire preuve de mansuétude. Le père de famille qu’il est, demeure toujours sensible au repentir et enclin à pardonner. Une leçon de vie pour les nouveaux graciés, et un témoignage aussi que derrière l’animal politique et l’homme d’État Alpha Condé, il y a une âme magnanime » fin de citation

L’on se rappelle, Madic 100 frontières à base rpgiste s’était confondu en excuses lorsque le juge avait prononcé sa condamnation au premier degré à 10 ans de prison avant que cette sentence ne soit revue à la baisse devant la cour d’appel à un an. Quant à Grenade, condamné à 10 ans de réclusion il s’est fendu une lettre d’excuses pleine de remords au Chef de l’Etat dans laquelle il regrette « ses erreurs ». Paf, vint le décret portant droit de grâce à ces deux jeunes détenus. Contrairement à Foniké Manguè condamné en appel à 3 ans de prison ferme, l’activiste s’est montré droit dans ses bottes scandant même des propos de détermination contre selon lui le troisième mandat et le régime « injuste » d’Alpha Condé

Autre fait, c’est que les avocats de Oumar Sylla ont porté leur recours devant la cour de cassation. Comme pour dire que son dossier n’est pas totalement épuisé