Détention de Faya Milimouno: Des acteurs politiques et de la société civile envisagent des actions fortes (déclaration)

Le président du bloc libéral Dr Faya Milimouno poursuit son séjour carcéral à la maison centrale de Conakry depuis le 2 août dernier suite à une plainte du ministre de la justice intérim Mamadou Lamine Fofana pour diffamation. Une requête aux fins d’une liberté provisoire introduite par ses avocats a été rejetée par le juge d’instructions. Egalement, l’argumentaire de traiter le dossier selon la loi L002 sur la liberté de presse estimant que c’est par voie de presse a été aussi écarté par le juge. Conséquence, Faya reste écrouer à la grande prison civile de Conakry au grand de ses militants et pairs de l’opposition. D’où une rencontre ce jeudi au siège de son parti dont nous vous livrons l’intégralité

Les partis politiques de l’opposition présents ainsi que certains acteurs de la société civile se sont réunis ce jour 8 août au siège du Bloc Libéral afin de se concerter sur les actions prioritaires et urgentes à mener pour la libération immédiate du leader du Bloc Libéral, Dr. Faya MILIMOUNO.

L’arrestation et la détention prolongée à la maison centrale de Dr. Faya MILIMOUNO en violation de ses droits fondamentaux. Dr. a été arrêté et entendu à la maison centrale de Conakry.

Les acteurs des partis politiques et de la société civile présents ont décidé de :

Mettre en place un comité de soutien ;

Saisir l’opinion Nationale et internationale ;

Et mobiliser tout le peuple de Guinée pour permettre à Dr. MILIMOUNO de jouir de ses droits fondamentaux.

Nous interpellons toutes les personnes épris de paix, de liberté et justice à se mobiliser massivement pour garantir les principes de la démocratie et de l’Etat de droit chèrement acquis par le peuple de Guinée, dont Dr. Faya MILIMOUNO est l’un des artisans.

Nous demandons au peuple de Guinée de rester à nos écoutes dans les heures et les jours à venir.

Vive la démocratie

Conakry le 08 août 2019

Les acteurs des partis politiques et de la société civile. 

Ont signé : 

La CPR 

LEAVE A REPLY