Déguerpissement de Kipé2: Le collectif des avocats dénonce une opération punitive et menace de saisir la CEDEAO

Le ministère de la ville et de l’aménagement du territoire continue sa vaste campagne de déguerpissement sur des domaines fonciers de L’Etat. Depuis hier mardi, des habitations s’écroulent au passage des bulldozers et autres engins lourds de démolition sous les regards impuissants des occupants.

Pourtant une décision de justice est attendue devant la cour d’appel après un verdict ‘’injuste’’ en première instance. Rencontré ce mercredi par notre rédaction, Me Gadirou Diallo un des avocats du collectif chargé de la défense des occupants de Kipé s’est dit surpris de cette décision du ministère de la ville «Nous sommes surpris et étonnés de voir les bulldozers du ministère de la ville et de l’aménagement du territoire dans la zone de Kipé 2 pour la démolition des constructions existants sur les lieux. Dans cette affaire je tiens à vous rappeler à la date du 1er mars le Tribunal de première instance de Dixinn a rendu sa décision nous déboutant et nous condamnant au paiement de 500 millions de franc guinéen à titre de dommages et intérêt au ministère de la ville et de l’aménagement du territoire. Nous avons relevé appel immédiatement le 4 mars contre cette mauvaise décision » a rappelé Maître Gadirou

Parlant de la zone en cours de démolition, Me Diallo soutient mordicus que cette zone n’est en rien une réserve foncière de L’Etat « les parcelles visées dans la mise en demeure du ministère de la ville sont les lots des parcelles 14,15,16,19 et 37 du centre directionnel de Koloma, ces parcelles se retrouvent dans la zone qui se situe derrière la RTG de Koloma et non dans la zone Kip2 ».

Et puis, poursuit-il, le Décret 211 du 23 novembre 1989 n’a pas cité Kipé 2 comme réserve foncière de L’Etat. ‘’Mieux, cette zone regroupe tous les déguerpis de Conakry, des occupants de la cité des médecins tous ceux qui ont été déguerpis ont été recasés à Kipé 2. Aussi en ce qui concerne la réalisation de la clôture de l’aéroport tous les riverains avaient été recensés, déguerpis et recasés ici’’ a rappelé cet avocat avant de conclure que ‘’l’action qu’a entreprise le ministère de la ville et de l’aménagement du territoire démontre le non-respect des institutions dans ce pays. De ce fait le collectif des avocats des citoyens de Kipé 2 compte saisir la Cour de la justice de la CEDEAO afin que leurs clients soient rétablis dans leurs droits

En attendant l’opération ‘’punitive’’ poursuit son cours normal

LEAVE A REPLY