Culture et patrimoine historique : la nouvelle ministre Sona Konaté décline ses priorités

0
178

Au cours d’une cérémonie organisée ce mardi 02 février 2021, Sanoussy Bantama Sow a passé le témoin à Sona Konaté à la tête du ministère de la culture et du patrimoine historique.

Dans son discours de circonstance, le ministre sortant Bantama Sow a dressé le bilan de ses trois ans passés à la tête de ce prestigieux département ministériel autrefois lié aux Sports. Et pour la pérennisation des acquis, il a demandé à son « amie » ministre entrant, de corriger ses erreurs et opérer d’autres réformes et innovations d’envergure.

Mesurant le poids de la charge qui lui est confiée ainsi que les responsabilités qui s’y attachent, la nouvelle ministre de la culture affiche sa détermination de répondre à la volonté du chef de l’Etat, celle de voir la Guinée redevenir le pôle d’excellence et d’effervescence culturelle. «Je mesure donc le poids de la charge qui m’est confiée ainsi que les responsabilités qui s’y attachent. La diversité et la richesse exceptionnelle de la culture guinéenne et de notre patrimoine historique qui ont fait et qui continuent à faire la fierté au-delà de nos frontières sont à promouvoir et à développer davantage. Pour ma part, je m’engage en comptant sur la compétence, l’esprit d’équipe et de l’engagement de tous et du monde de la culture à poursuivre les actions de manière à traduire dans la réalité de tous les jours la volonté mainte fois exprimée de monsieur le Président de la République pour voir la Guinée redevenir le pôle d’excellence et d’effervescence culturelle qu’elle a été jadis. Les défis qui nous attendent et que je m’emploierais avec vous tous en nous appuyant sur les acquis sont nombreux », a déclaré la ministre entrante.

Ensuite, Sona Konaté a égréné les axes prioritaires de son portefeuille : « la vulgarisation et l’appropriation de la politique culturelle, l’investissement dans les infrastructures culturelles telles que le palais de la culture, le musée national, les sites et monuments historiques, les complexes culturels régionaux, la redynamisation de l’organisation des quinzaines artistiques régionales et du Festival des arts et de la culture, le développement de l’industrie culturelle et créative, l’opérationnalisation effective à brève échéance sur toute l’étendue du territoire national du Fonds de développement des arts et de la culture mis en place récemment en tant que mécanisme spécifique de financement de la culture, la mise en application effective de la loi L063 sur la protection, la conservation et la mise en valeur du patrimoine national ainsi que celle sur la propriété littéraire et artistique», a indiqué la ministre de la culture