Crise post-électorale: une autre plateforme des organisations de la société civile guinéenne s’oppose à la « dissolution de l’Assemblée Nationale »

0
52

Le Collectif des Plateformes des Organisations de la Société Civile CONACOC, PNAPIC, MAOG, Alliance Futuriste était face à la presse ce samedi 21 novembre 2020 à Conakry. Il s’agit pour ces activistes de la société civile guineenne de passer au peigne fin l’actualité sociopolitique du pays.

Au cours de ce point de presse, le Collectif des Plates-formes de la Société Civile Guinéenne a tout d’abord invité l’Etat à mener des enquêtes sur les violences survenues au lendemain de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020. « Nous,  collectif, vu les dégâts matériels enregistrés, des pertes en vies humaines, nous exigeons des enquêtes sérieuses et approfondies pour une justice équitable pour que désormais force reste à la loi » a lancé Saran Fofana

Par la voix de leur porte-parole, le collectif des plates-formes de la société civile guineenne, s’est dit opposé à une solution de crise qui devrait passer par la dissolution de l’assemblée nationale. « Nous Collectif des Plateformes des Organisations de la Société Civile Guinéenne, se désolidarise de toute idée de dissolution d’une quelconque institution de la République qui pourrait être assimilée à un coup d’Etat institutionnel, pendant que la Guinée n’est pas en transition. Ce comportement de positionnement est prétentieux et même anachronique » a rappelé Saran Fofana

Enfin, le collectif a exprimé son souhait de voir introduit à l’occasion de la prochaine révision constitutionnelle la candidature indépendante. Ceci, pour une expression plurielle de la démocratie guinéenne.

Fodé BAYO


Warning: A non-numeric value encountered in /htdocs/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 352

LEAVE A REPLY