Cour suprême : Ismaël Nanfo débouté, son avocat promet de saisir la CEDEAO

0
120

Après le tribunal de première instance de Kankan, la cour d’appel de Conakry, le citoyen Ismaël Nanfo Diaby a été débouté par la cour suprême dans sa requête lui permettant d’exprimer sa foi religieuse comme il l’entend.

En effet, la Cour Suprême dans son arrêt de ce jeudi 08 juillet 2021, dans l’affaire qui oppose le chroniqueur islamique Ismaël Nanfo Diaby au secrétariat général des affaires religieuses a débouté Nanfo Diaby.
Son avocat maitre Salifou Beavogui déclare que la décision de la cour suprême viole les dispositions de la constitution guinéenne. Il annonce une saisine de la cour de justice de la CEDEAO très prochainement. « La cour vient de rendre sa décision, et elle a rejeté la demande de sursis à l’exécution qui a été introduite contre la décision de la ligue islamique qui a interdit à mon client monsieur Ismaël Nanfo Diaby de parler au nom de l’islam. Nous avons clamé haut et fort que cette décision de la ligue islamique viole les dispositions de la constitution guinéenne, notamment en son article 15, ainsi que toutes les autres lois qui favorisent la liberté de culte dans le pays. Cette décision de la ligue islamique viole un des principes sur lesquels reposent notre État de droit, il s’agit du principe de la laïcité qui signifie que toutes les religions se valent en Guinée. Aucune religion ne prime sur l’autre. C’est l’une des principales libertés fondamentales qui vient d’être foulée au sol par la justice guinéenne », a réagi l’avocat

Par conséquent, il annonce une saisine de la cour de justice de la CEDEAO très prochainement. « Donc un musulman ne peut pas empêcher un autre de prêcher sa foi comme il l’entend. Mais c’est désormais clair que dans cette affaire la justice guinéenne ne dira plus jamais le droit. Et conséquemment, à la sortie de cette audience, des dispositions seront prises pour saisir la cour de justice de la CEDEAO. Nous n’avons plus d’autres alternatives que d’aller à l’international. Peut-être là-bas le droit sera dit et cette décision va s’imposer sur la Guinée et mon client aura la paix du cœur », a-t-il indiqué

Bimbirico Barry