Consultations nationales : Aboubacar Soumah (PGDE) qualifie les leaders du FNDC d’anti républicains

0
48

L’adresse à la Nation du Chef de l’Etat suivie de la déclaration du premier ministre polarise toujours les débats. Plus que jamais, les acteurs sociopolitiques semblent diviser sur la quintessence des deux discours. Celle relative à une consultation inclusive pour recueillir l’avis de tous sur les préoccupations de l’heure

Interrogé sur le sujet par notre reporter le président du parti Guinée pour la démocratie et l’équilibre honorable Aboubacar Soumah a donné sa perception des deux discours. ‘’Aucune action humaine n’est possible sans la paix et pour avoir la paix, il faut écouter tout le monde car si tu veux diriger une nation il est nécessaire d’écouter tout le monde, même celui qui t’insulte il est à écouter aussi, sans oublier celui qui dit le contraire de ce que tu veux il faut l’écouter et pour réaliser quelque chose de consensuel. C’est à cela que les deux discours nous invitent’’, a soutenu Aboubacar Soumah président du PGDE

Se prononçant sur la question de parti pris du premier ministre dans les concertations en cours, pour l’élu de Dixinn  c’est méconnaître les textes de lois. ‘’Les postes de ministres sont éminemment des postes politiques, pour une question d’honnêteté il est appelé à appliquer à la lettre le programme politique du président de la République. Dire maintenant que celui-là est partisan c’est méconnaître les textes de lois, car la constitution actuelle donne l’autorité constitutionnelle au premier ministre d’être celui qui amorce le dialogue social et politique. Si celui-là invite un groupe de personnes, de guinéens à venir pour qu’il les écoutes par rapport aux préoccupations majeures de la nation et que ces gens déclinent cette invitation c’est que ce ne sont pas des républicains’’ a commenté Aboubacar Soumah ancien transfuge de l’UFR et de l’UFDG


Warning: A non-numeric value encountered in /htdocs/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 352

LEAVE A REPLY