Chiffres du Covid-19 : l’autre problématique de la crise (Dr Ibrahima Traoré)

0
150

Aucun pays ne connaît le nombre réel de personnes infectées par COVID-19. Tout ce que nous savons, c’est l’état d’infection de ceux qui ont été testés.

Le nombre total de personnes testées positives indique le nombre de cas confirmés et il ne représente pas le nombre total de personnes infectées. Le nombre réel de personnes infectées par COVID-19 est beaucoup plus élevé.

Il existe 2 types de tests pour covid-19 :

a. Un premier type vise à établir si un individu est actuellement infecté en testant la présence du virus. Il s’agit du RT-PCR et il n’est pas un test sérologique. C’est ce test qui s’éffectue actuellement en Guinée. Il se pratique par tamponnement du mucus du nez ou de la gorge (La gorge est préférée au nez car la covid19 est une maladie d’infection pulmonaire).

Cependant, quelques problèmes existent dans ce test. Certaines personnes ont donné des résultats négatifs et ce n’est que plus tard après reprise du test qu’on a découvert qu’elles ont effectivement la maladie.

Qu’est-ce qui peut expliquer ces défaillances ? 3 causes peuvent aboutir à ce résultat :

1ère Cause : La machine qui effectue cette analyse est caractérisée par un seuil de détection. Si ce seuil n’est pas atteint, le virus ne peut pas être détecté. Cela se produit très souvent au début de la maladie pendant lequel le patient ne manifeste aucun signe ou manifeste des signes bénins. Si le tamponnement au niveau de la gorge ou du nez n’apporte pas la quantité du virus nécessaire à la détection, le test se révèlera négatif même si le virus est présent.

2ème Cause : L’écouvillon ou le prélèvement effectué devrait être transporté immédiatement au laboratoire pour analyse car le virus ne peut rester longtemps sur ces prélèvements. Si pour des raisons logistiques du retard est accusé, cela peut entrainer un test négatif car le virus pourrait être déjà détruit.

3ème cause : L’infrastructure du laboratoire, l’expertise et l’expérience des techniciens du laboratoire sont-elles suffisantes ?

b. Le deuxième test vise à établir si un individu a été infecté à un moment donné dans le passé en testant la présence d’anticorps. Il s’agit de la sérologie et n’est pas pratiquée actuellement en Guinée. Ensuite, la sérologie n’est pas l’outil parfait du diagnostic du covid19 et reste complémentaire de la détection du SARS-COV-2 par RT-PCR.

La pratique de tests fiables est indispensable pour la compréhension de la pandémie et des risques qu’elle pose dans différentes populations.

Dr IBRAHIMA TRAORE
Secrétaire national chargé de formation et de la recherche au sein de la coalition citoyenne contre le covid-19


Warning: A non-numeric value encountered in /htdocs/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 352

LEAVE A REPLY