Assemblée nationale : URTELGUI plaide pour un allègement de ses charges

Le bureau exécutif de l’Union des radios et télévisions libres de Guinée –URTELGUI- a été reçu hier lundi 26 novembre par la commission santé, jeunesse, sports, culture et médias de l’assemblée nationale. L’objectif de cette démarche pour Sanou Kerfalla Cissé et ses pairs était de faire partager aux députés les difficultés qui minent la vie des entreprises de presse en général et celles audio-visuelles en particulier

Aux dires donc du président de l’URTELGUI ces difficultés d’ailleurs communes à toutes les entreprises de presse sont entre autres le coût élevé des factures d’électricité, la rareté de la publicité dont la conséquence directe est la non-régularité du paiement de salaires du personnel et bien d’autres qui malheureusement sont méconnues du grand public malgré le caractère général et public des services rendus par ces médias. ‘’La presse guinéenne a deux problèmes, l’indépendance des journalistes et le courage des chefs de rédaction, il y a aussi des patrons qui cherchent des postes ministériels qui font souvent irruption dans les rédactions pour s’immiscer dans le travail des journalistes. A cela, les factures de l’électricité explosent au jour le jour. Des journalistes peuvent rester des mois durant sans être payés et quand c’est comme ça le rendement baisse automatiquement’’ a relevé Sanou Kerfalla Cissé 

L’honorable Ben Youssouf Keïta président de la commission santé de l’Assemblée nationale a regretté cet état de fait tout en mettant l’accent sur le maigre soutien de l’Etat. ‘’Nous avons reçu l’Urtelgui et nous avons compris qu’ils travaillent dans des conditions difficiles parce que la subvention déboursée par l’Etat en aide à la presse privée est insuffisante. Par comparaison, imaginez-vous la Côte d’Ivoire accorde 1 milliard 250 millions de franc CFA par an à la presse privée ivoirienne, le Sénégal c’est 800 millions de franc CFA, le Mali est passé à 500 millions de franc CFA, nous ici c’est trois milliards à l’ensemble de la presse soit environ 250 millions de franc CFA’’ a regretté le député de l’UFDG tout en promettant de faire un plaidoyer auprès des gouvernants afin que les charges soient diminuées notamment l’électricité. ‘’Imaginez nous sommes en période d’étiage ils peuvent rester un à deux jours sans le courant donc nous allons voir l’Etat comment augmenter la subvention et aussi diminuer les charges sans que la population n’en souffre’’ promet Ben Youssouf Keïta

Dans la foulée, l’honorable Ousmane Gaoual Diallo s’est dit surpris du temps pris par l’Urtelgui pour venir porter cette plaidoirie. ‘’Je déplore qu’ils arrivent un peu tardivement parce que le budget est presque bouclé. Car qui parle de dépenses, doit penser aux ressources’’ a déploré le député uninominal de Gaoual tout en s’engageant à porter la voix de ses hôtes lors des prochains travaux de l’Assemblée nationale

De g. à d. Aboubacar Camara (S/Gl), Souadou Barry (Trésorière), Sanou Kerfalla Cissé (Président), Fatoumata Sy Savané (Affaires sociales) et Satio Barry (Projets)

LEAVE A REPLY