Appel à manifestations: Le gouvernement met en garde le FNDC

La tension monte d’un écran entre le pouvoir de Conakry et ses opposants. 24 heures après l’appel à manifestations du FNDC à compter du lundi 14 octobre contre tout changement constitutionnel, le gouvernement est monté au créneau et met en garde « tous les fauteurs de trouble »

Dans une déclaration lue par le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation le général Bouréma Condé, le gouvernement dénonce ce qu’il qualifie de volonté manifeste du front de tenter de paralyser le pays en invitant outre, les acteurs socioprofessionnels notamment les commerçants et les sociétés minières à s’abstenir de toute activité à la date indiquée au risque dommageable

Ce que le gouvernement considère comme une menace ouverte à la paix et à la sécurité sociale. Par conséquent, le gouvernement du président Alpha Condé met en garde « tous les fauteurs de trouble » et invite à son tour tous les citoyens à vaquer tranquillement à leur occupation. Car, rassure-t-il,  les forces de l’ordre vont veiller. « Les services de sécurité, fidèles à leur mission républicaine, veillent dans la plus grande sérénité, sans céder cependant la moindre fraction de seconde ou le moindre centimètre carré au règne de l’anarchie » a martelé le général Bouréma Condé

Le gouvernement par la voix du ministre Bouréma Condé a rappelé quelques dispositions qui encadrent les conditions d’exercice des libertés, devoirs et droits fondamentaux consignées dans les articles 10, 22 et 23 de l’actuelle constitution.

LEAVE A REPLY