Affaire Kaporo-Rails: En dépit des cris de cœur, le Ministre Ibrahima Kourouma déterminé à aller jusqu’au bout de l’opération (communiqué)

Ceux qui pensent que le gouvernement va abdiquer dans sa volonté de démolir toutes les habitations jugées illégales sur le centre directionnel de Koloma doivent encore prendre leur mal en patience. Dans un communiqué dont vous livrons la teneur ci-dessous le ministre de la ville de l’aménagement du territoire maître d’oeuvre de l’action, l’opération va continuer jusqu’à termes. Lisez

Conakry le 28 Février 2019 – Le Ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire rappelle une fois de plus, que le site de Koloma, actuellement appelé Centre Directionnel, a été identifié par la Première République pour recevoir les services administratifs.

En 1987, le Ministère de l’Urbanisme et de l’Habitat a procédé non seulement á la définition des limites du site mais aussi au recensement des occupants qui se trouvaient dans le périmètre.

En 1988, le site a été classé par le Schéma Directeur de la ville de Conakry au titre de Centre Directionnel.

Pour sa protection, l’Etat a installé des panneaux et des bornes géantes indiquant les limites de la zone réservée et l’interdiction formelle d’y construire.

En 1989, le site a été classé comme réserve foncière de l’Etat, suivant le Décret n0 211/PRG/SGG en date du 23 Novembre 1989, pour une superficie de 267,5 ha et immatriculé sous le Titre Foncier n009981/2007/TF de Conakry.

De 1997 à 1998, face à l’envahissement total du site par des citoyens, l’Etat a procédé au dégagement de 63% des constructions illégalement érigées, soit une superficie théorique de 169,8 hectares.

Suite á ce déguerpissement, les études d’aménagement, d’architecture et technique ont été réalisés par un Cabinet cubain dénommé ‘’SYBONEY’’ sur la base d’un contrat signé le 7 juin 1998 à la Havane.

Ce plan d’aménagement a prévu un zoning par rapport aux activités à mener sur le site dont :

• Le Lot 1 qui est limité par la haute tension surplombant une rue de 50 mètres, à l’Est par la T2, à l’Ouest et au Nord par la voie ferrée de Fria. Ce lot est constitué d’anciens lots de Kipé 2, avec une superficie de 42 ha est considérée comme zone résidentielle (habitat évolutif).

• Le lot 33, situé entre les tours jumelles de Kakimbo, la Route le Prince et la T2, avec une superficie de 55,63 ha, est considéré comme zone de logements et de commerce.

• Les autres lots, d’une superficie de 169,8 ha, sont destinés aux bâtiments administratifs et aux centres d’Affaire.

Le déguerpissement en cours porte sur les 169,8 hectares, destinés aux bâtiments administratifs et aux centres d’affaires entièrement libérés en 1997 et 1998 et qui malheureusement font l’objet de nouvelles occupations illégales.

Par conséquent, le dégagement de cette zone continuera son cours normal. Cependant les autres lots non concernés par l’opération actuelle feront l’objet de négociations ultérieures.

L’opération déclenchée a été précédée de plusieurs séances de sensibilisation des occupants suivies de notifications par voie d’Huissier de Justice.

Le Ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire sait compter sur l’esprit de civisme de tous et de chacun.

Le Ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

LEAVE A REPLY