Accord Gouvernement-SLECG: Ce qu’il faut craindre maintenant

Enfin, peut-on s’empresser de le dire après trois jours de suspens pour la signature du protocole d’accord entre le gouvernement et le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée pour une sortie de crise dans le secteur éducatif.

Hier, jeudi 10 janvier la fumée blanche attendue est sortit du palais du peuple où les deux parties s’étaient donné rendez-vous pour signer et rendre public ledit document. Si les syndicats n’ont rien obtenu des huit millions réclamés comme salaire de base pour les enseignants, il faut admettre qu’ils ont été tout sauf ridicule dans cette épreuve de force avec le gouvernement.

Des acquis? Oui, le SLECG en a obtenu. Il s’agit du dégèle des salaires des grévistes, la création d’une commission mixte chargée d’assainir le fichier du personnel enseignant afin de dénicher les fictifs puis reverser les fonds engrangés sur les salaires des enseignants, la réhabilitation des enseignants mutés pour fait de grève, l’engagement des homologués de l’Université de Kindia. Ce n’est pas tout. Le gouvernement promet également la construction des logements sociaux dont les enseignants, les médecins et les magistrats seront prioritaires.

Le SLECG pour sa part s’engage à organiser des cours de rattrapage dans toutes les écoles publiques.

Consécutivement à ces conclusions, le secrétaire général du SLECG Aboubacar Soumah a appelé les enseignants à reprendre les cours dès ce vendredi 11 janvier. Comme on le dit tout est bien qui fini bien en dépit du tord fait aux élèves à cause des égos surdimensionnés des parties en désaccord

Espérons que les vieux démons ne s’invitent dans le respect des engagements pris par les uns et les autres

LEAVE A REPLY